Nouvelles Bubanza

MESSE D’ACTION DE GRACE, SUCCURSALE ET PAROISSE BUBANZA

« J’ai vu la misère de mon peuple » (Exode 3, 7)

En date du 6/7/2019, c'était l'ordination sacerdotale, diaconale et collation de différents ministères dans le diocèse de Bubanza. Les cérémonies ont eu lieu dans la paroisse Muzinda. Le lendemain, dimanche le 7/7/2019, un des six prêtres ordonnés du nom de l’Abbé Didace NIYONGERE a célébré sa première messe solennelle dite messe des prémices dans la cathédrale Christ-Roi de Bubanza en présence d’une foule immense, des prêtres, en premier lieu ceux ordonnés ensemble et des autorités administratives.


Il était entouré par l'Abbé Audace NDAYISHIMIYE son accompagnateur spirituel, qui était toujours auprès de lui dès le Petit Séminaire (à Ciya) jusqu’au Grand (à Kiryama-Bururi) comme l’a témoigné le jeune prêtre lui-même. Dans son homélie, l’Abbé Audace a rappelé que le choix de Dieu est mystérieux,  qu'il choisit selon son goût ; Dieu ne choisit pas à la manière des hommes. Il est Amour, Miséricordieux, et se préoccupe de l’homme alors qu’il est pécheur. Dieu a aimé l’homme qu’il a  créé à son image et veut le sauver après sa défaite.

C’est dans cette optique que monsieur l’Abbé Didace a choisi comme devise, un passage qui se trouve dans le livre de l’Exode: « J’ai vu, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Egypte. J’ai entendu son cri devant ses oppresseurs ; oui, je connais ses angoisses » (Exode 3, 7) ; et, à son tour l’Abbé Didace dira : « J’ai vu la misère de mon peuple »! Au moment de la réception, il l’a  bien explicitée pour montrer l’origine de sa vocation au sacerdoce et bien traduire son projet, son programme, sa ligne de conduite dans la vie sacerdotale future qu’il venait de commencer : lutter contre le péché de l’injustice, de la discrimination sociale, etc. et surtout lutter contre les mésententes au sein des familles, une problématique qui lui tient à cœur.

Après la messe, a suivi une réception hors du commun dans laquelle étaient invités de façon spéciale 40 personnes les plus pauvres. La salle "Bon pasteur" du Centre Pastoral de Bubanza était pleine à craquer d'invités et tout le monde a été servi à satisfaction.

Emmanuel HAVYARIMANA