Vous êtes ici : AccueilDiocèsesBujumburaNouvelles BujumburaDES ENSEIGNEMENTS DE RENFORCEMENT DES ACQUIS DE PAIX ET DE DEVELOPPEMENT SONT DONNES AUX PERSONNES DEFAVORISEES DES PAROISSES RUSHUBI, MURAMVYA, KIVOGA ET MUNANIRA

Nouvelles Bujumbura

DES ENSEIGNEMENTS DE RENFORCEMENT DES ACQUIS DE PAIX ET DE DEVELOPPEMENT SONT DONNES AUX PERSONNES DEFAVORISEES DES PAROISSES RUSHUBI, MURAMVYA, KIVOGA ET MUNANIRA

Les cibles sont principalement les démobilisés, les déplacés de la guerre civile de 1993, les rapatriés et les personnes qui étaient restées dans les collines pendant cette guerre.


                        
 
En vue de renforcer la cohésion sociale, la Commission Diocésaine Justice et Paix (CDJP Bujumbura), à travers le projet Misereor, est en train de donner des enseignements aidant les différentes catégories de couche sociale à bâtir pacifiquement la société. Le thème général est «Le renforcement des acquis de paix et de promotions de développement socio-économique des personnes défavorisées». Ces enseignements sont en train d'être donnés dans les paroisses Rushubi, Muramvya, Kivoga et Munanira, Paroisses de l'Archidiocèse de Bujumbura.
Le chargé du projet Misereor dans le CDJP-Bujumbura, Jean Claude NDIZEYE, nous a expliqué le choix de ces Paroisses et les groupes cibles. Il précise que le projet s'adresse principalement aux personnes démobilisées des forces armées, aux déplacés de la guerre civile de 1993, aux rapatriés et aux personnes qui étaient restées dans les collines pendant cette guerre. On leur donne des formations en matière de résolution pacifique des conflits, de communication non violente et de leadership.

 

Le choix de ces paroisses, comme l’a précisé Mr Jean Claude NDIZEYE, a été guidé par la présence de ces catégories de gens dans ces paroisses, c'est-à-dire qu'ils ont cherché les paroisses dans lesquelles on peut trouver les déplacés, le démobilisés, les rapatriés et les personnes qui sont restées dans les collines. Il nous a fait savoir que ces formations leur servent d'outil de cohésion sociale et de développement socio-économique. Ils se regroupent dans les petites associations d'entraide et d'épargne connues sous le nom de ‟Saving and Internal Lending Communities” (SILC). D'après lui, ces groupements SILC leur aident à se rapprocher les uns des autres, et cela a déjà produit beaucoup de fruits en ce que les différentes personnes ont pu s'acheter au moins des bestiaux pour le petit élevage, comme celui de porcs ou de chèvres, tandis que d'autres ont pu se faire une agriculture moderne.
Le coordinateur nous a également dit que les activités de ces groupements d'épargne et crédit «SILC» ont été suivies par les Agents de terrain, personnes qui ont également reçu une formation particulière d'accompagner et de suivre les groupements SILC. Ceux-ci affirment que, les bénéficiaires de ces différentes formations ont renforcé leurs relations, en témoigne des fêtes qu'ils organisent ensembles aujourd'hui.


                      
 
Signalons que dans toutes ces activités faites pour les bénéficiaires de ce projet, la CDJP-Bujumbura reste en collaboration avec les paroisses car les curés ont contribué dans le Choix des bénéficiaires, et en cas des réunions, la paroisse donne des salles.

Rénovat NIYONSENGA/CDJP Bujumbura.

Publication

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 61 invités et aucun membre en ligne