Vous êtes ici : AccueilDiocèsesBururiNouvelles BururiJOURNEE DE MEMOIRE POUR OTTORINO, ALDO ET KATINA MISSIONNAIRES XAVERIENS ASSASSSINES A BUYENGERO

Nouvelles Bururi

JOURNEE DE MEMOIRE POUR OTTORINO, ALDO ET KATINA MISSIONNAIRES XAVERIENS ASSASSSINES A BUYENGERO

“Heureux les artisans de paix: ils seront appelés fils de Dieu” ! (Mathieu 5, 9)


                                              (Photo avec les visiteurs italiens)

Ils s’appelaient Ottorino, Aldo et Katina

Une eucharistie en faveur de leur mémoire (missionnaires xavériens assassinés à Buyengero-Bururi) a été célébrée samedi le 28 septembre 2019 par son excellence Monseigneur Venant Bacinoni Evêque du diocèse de Bururi à la paroisse de Buyengero en présence d’une importante assemblée de fidèles qui ne se sont jamais lassés de répondre présente à ce rendez-vous de la mémoire.

« Heureux les artisans de paix » ! Cette phrase est écrite en lettres rouge-sang au dessus des trois tombes des Pères Ottorino Maule, Aldo Malchiol et de Mademoiselle Katina Gubert qui y dorment du sommeil des justes. C’est par cet appel solennel de Jésus que du fond de leur repos eternel les trois martyrs accueillent les pèlerins qui viennent faire la mémoire du sacrifice du sang qu’ils ont offert à Dieu au cours de la soirée sombre du 30 septembre 1995.

Au moment du recueillement devant le petit mausolée des trois martyrs, Mgr Venant a indiqué l’objet de la célébration : « Comme chaque année, nous nous retrouvons ce matin pour faire la mémoire de nos deux prêtres : Ottorino Maule et Aldo Malchiol, ainsi que mademoiselle Katina Gubert. Tous les trois étaient missionnaires, venus de contrées lointaines pour annoncer chez nous la bonne nouvelle de Jésus Christ et l’amour de Dieu. Ils ont fini par offrir leur vie ici chez nous à Buyengero, chez nous au Burundi ».

Des témoignages émouvants

Dans la foule massée sur la place de la chapelle, certains parmi les plus anciens expriment les sentiments et les souvenirs qu’ils ont des missionnaires assassinés et des tristes événements.
Vingt quatre ans se sont déjà écoulés depuis que dans la nuit du « 30 septembre 1995, des criminels se sont introduit à l’intérieur du presbytère de Buyengero et ont froidement abattu les trois missionnaires xavériens. Depuis ce jour et après tant d’années, nous, la communauté chrétienne, le diocèse de Bururi, la Congrégation des Pères xavériens et les familles des victimes nous attendons – disent-ils – impatiemment de savoir qui a osé porter la main sur eux et ils expriment le souhait de voir un jour que justice soit rendue aux innocents.


                 (Impacts dans le mur tapissé de fleurs crible de balles qui ont tué les martyrs)

Pendant vingt quatre ans disent-ils, nous, la communauté chrétienne de Buyengero nous avons la joie de nous rassembler ici à la date du drame pour rendre grâce à Dieu pour le sacrifice pur qui a été offert par nos trois martyrs. Nous, qui les avons connus et nos enfants qui sont nés après le drame viennent avec nous pour prier dans cette belle église dédiée au Christ Roi. Cette église est pour nous le souvenir le plus fort que les martyrs ont laissé parmi nous comme un lieu de rassemblement, comme un lieu ou Dieu nous manifeste son amour et nous y prions pour que la paix revienne définitivement dans notre pays. Les travaux de construction de cette église venaient d’être achevés quand le drame est arrivé.

Par moment les témoignages des anciens prennent une tournure émouvante: « Le Père Maule disait parfois qu’il sentait de plus en plus la mort s’approcher, il disait que des menaces de mort lui étaient envoyés parfois et que des amis venaient lui dire de prendre le large en attendant la fin des hostilités… »

Bientôt vingt cinq ans

Le curé de la paroisse, Mr l’Abbé Charles Ndayegamiye a interpellé les pèlerins : « nous entrons aujourd’hui dans l’année du jubilé des vingt cinq ans, car le drame qui a emporté les trois missionnaires a été perpétré le 30 septembre 1995. Une année au cours de la quelle nous allons rendre grâce à Dieu pour tant de biens que le Seigneur nous a comblé après le sacrifice de nos missionnaires ». Parmi ces biens, le curé a cité notamment la construction d’une très grande maison d’une valeur de 95 mille euros qui abrite le « Centre Médical Ottorino, Aldo et Katina » qui est déjà fonctionnel et le « Bloc Maternité » dont les travaux de construction viennent d’être achevé.


                                                          (Vue générale du Centre Médical)

Cette initiative comme plusieurs autres est née grâce à un réseau de solidarité qui a abouti à la création d’un partenariat entre l’association ASENABU (Association pour le Soutien des Enfants non Accompagnés) basée à Buyengero et une autre dénommée SPAGNOLLI BAZZONI basée dans la région de Trento en Italie.

« Les morts ne sont pas morts »


                                               (Inauguration du Centre Médical)

Les cérémonies de mémoire des martyrs de Buyengero ont été clôturées par la bénédiction et l’inauguration solennelle du Centre Médical Ottorino, Aldo et Katina par Monseigneur Venant Bacinoni. D’autres importantes personnalités y ont pris part : un parlementaire élu dans la circonscription de Rumonge, un représentant du ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida, un conseiller du gouverneur de la province de Rumonge, ainsi que les représentants des deux associations ASENABU et Spagnoli. Et un peu comme dans la poésie de Birago Diop, cette journée de mémoire réconforte notre foi en la résurrection que « les morts ne sont pas morts… » et que « ceux qui sont morts ne sont pas partis… ». Le Centre Medical de Buyengero est une manière d’immortaliser Ottorino, Aldo et Katina ! Qu’ils reposent en paix.


                                              (Ambulance pour le transport des malades)

Zénon Nzeyimana

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 12 invités et aucun membre en ligne