Vous êtes ici : HomeDiocèses GitegaNouvelles GitegaACHIDIOCESE DE GITEGA, ORDINATION SACERDOTALE A KIBUMBU 21 JUILLLET 2018

Nouvelles Gitega

ACHIDIOCESE DE GITEGA, ORDINATION SACERDOTALE A KIBUMBU 21 JUILLLET 2018

                                            
Sous le thème « Me voici Seigneur, envoie-moi » (Is. 6, 8), la paroisse Kibumbu, en communion avec la commission diocésaine des fêtes dans l’Archidiocèse de Gitega, a organisé les cérémonies d’ordinations sacerdotales et diaconales ainsi que la collation des ministères d’Acolytat et de Lectorat. L’événement a eu lieu en date du 21 juillet.

La messe d’ordination a commencé à 9h30 du matin par une belle procession des ordinands et des prêtres, depuis l’Eglise paroissiale vers le terrain de football de Kibumbu où tout avait été préparé pour la circonstance. Une foule immense de fidèles et de consacrés, tous en liesse, était  sur place. A l’œil  nu, l’organisation, l’aménagement des lieux et le déroulement des cérémonies resteront  des meilleurs qu’on a vus jusqu’ici, à Gitega. Seize diacres ont  été ordonnés prêtres (il s’agissait de dix prêtres qui dépendent directement de l’Archidiocèse de Gitega et de six religieux attachés à leurs Instituts respectifs dont quatre frères Apôtres du Bon Pasteur et de la Reine du Cénacle (ABPRC) et deux de la Congrégation des Frères Bene-Yozefu). Les Diacres ordonnés en ce jour étaient au nombre de onze, parmi eux trois frères ABPRC. Les nouveaux Acolytes étaient onze comme  les Lecteurs.



Dans son homélie, Monseigneur Simon NTAMWANA, l’Archevêque de Gitega, alors président desdites cérémonies, a salué le courage et le dévouement de l’Eglise-famille de Gitega en générale et de la communauté chrétienne de Kibumbu en particulier, pour l’accommodation bien   splendide de ce jour. Visant l’assemblée en présence, l’Archevêque de Gitega a rappelé l’identité et la mission des prêtres aujourd’hui. Médiateurs entre Dieu et les hommes, les prêtres sont des instruments de l’Esprit-Saint. Ils apportent aux hommes la consolation divine et les guident dans la voie de la réconciliation et la sauvegarde de l’environnement, support de la vie et révélateur du Créateur de toute chose.  Les prêtres  que le Seigneur offre aux Burundais en ces jours, sont aussi un don précieux en réponse à notre constante supplication « Mukama, dutabaze abasaseredoti benshi beranda », disait-il. Ainsi, l’archevêque Simon a invité tous et chacun à laisser ces nouveaux messagers de la Bonne Nouvelle exercer dorénavant le ministère de la réconciliation au Burundi qui, comme l’a noté le récent synode diocésain, est menacé par des divisions de tout genre ! Or, la mission de tout prêtre fait de lui un médiateur entre Dieu et son peuple ; il apporte le message et la vie de Dieu aux hommes qu’il sanctifie à travers les sacrements. Toute sa vie, il doit œuvrer pour la délivrance des captifs et opprimés afin que ceux-ci retrouvent la liberté du cœur et l’espoir de vivre. A Dieu, le prêtre présente la misère, la prière et le sacrifice des hommes », renchérissait-il.

Monseigneur Simon a également insisté sur le bon comportement qui doit caractériser les prêtres, pour que, à travers leur témoignage de vie, les fidèles puissent reconnaitre la face de Dieu et recevoir sa vie. En effet, Dieu qui appelle le prêtre à son service le configure d’abord à lui, et par son Esprit, le consacre à l’image de son Fils, Jésus Christ (cf. Lc 4, 18). Le nom du prêtre est « Musanimana » (celui qui ressemble à Dieu). C’est pourquoi, il s’efforcera constamment à gagner aussi la sanctification personnelle suivant la recommandation de Jésus: « Vous donc, soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48). Ainsi, la vie du prêtre doit ressembler à celle de son Maître, car sa vie est transformée par la vie-même du Christ. Cette grâce se réalise seulement chez les humbles. Pour ce, le pasteur de l’Eglise locale de Gitega a demandé à ceux qui allaient recevoir l’onction sacerdotale d’imiter l’exemple de sagesse de Saint Paul apôtre qui, admirant sa vocation, dit : « je vis, mais ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vis en moi » (cf. Gal 2, 20). De cette manière, obéissant à l’Esprit de Dieu qui a guidé tous les apôtres et toujours sous son action, ces nouveaux envoyés de Dieu conduiront les fils et les filles du Burundi à une réconciliation véritable avec Dieu, avec autrui et avec la nature.

S’agissant des discours prononcés pour la circonstance, l’action de grâce, le sentiment de gratitude envers Dieu, les félicitations à l’endroit des nouveaux Serviteurs et à l’endroit de l’Eglise catholique elle-même, tel était le message central de tous les intervenants. La messe qui avait débuté à 9h30 a pris fin à 16h00. Les invités se hâtèrent à se diriger vers le lieu de la réception, tout près des enceintes de la paroisse Kibumbu. Pourtant, la joie était tellement si grande qu’on ne voulait pas quitter si vite les lieux. Vive l’appel au sacerdoce dans l’Eglise !

A.     Timothée HAKIZIMANA.

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 13 invités et aucun membre en ligne