Vous êtes ici : AccueilDiocèsesMuyingaNouvelles Muyinga

Nouvelles Muyinga

CELEBRATION DU SACREMENT DE LA CONFIRMATION DAND LA PAROISSE COMMISSARIAT DE LA POLICE A MUYINGA

« Il y a beaucoup de martyrs dans le Corps de la Police et des Forces de la Défense Nationale qui meurent pour leur foi. Oui, ce sont des exemples à imiter ».



Treize jeunes de la Paroisse Commissariat de la Police de Muyinga ont reçu ce dimanche 14 juillet, le sacrement de la confirmation pour aller témoigner de leur foi catholique en un seul Dieu, Un et Trine. Au cours de cette même célébration, trois policiers de la même paroisse ont reçu la mission de Ministre extraordinaire du sacrement de l’Eucharistie.

Cette célébration était présidée par Monsieur l’abbé Jean Chrysostome MINANI, Chancelier du Diocèse Catholique de Muyinga qui avait été mandaté par l’évêque pour présider à ces cérémonies. En effet, depuis les débuts de l’Eglise, ce sacrement de la Confirmation a été toujours conféré par l’évêque. Il est toujours considéré comme le garant du dépôt de la foi et lui seul a les prérogatives de confirmer et d’envoyer, en tant que successeur des apôtres, une personne en mission de témoins du Christ ressuscité. En son absence donc due aux différentes charges, il peut déléguer un prêtre qui confère ce sacrement en son nom.

Lire la suite...

ENTRETIEN AVEC Mr L’ABBE JEAN BOSCO HABARUGIRA PRESIDENT ACTUEL DE L’UNION DU CLERGE INCARDINE (UCI) AU BURUNDI

L’Union du clergé Incardiné (UCI) est une association des prêtres catholique de l’Eglise du Burundi. Le service Audiovisuel d’Animation pour la Coopération Missionnaire (SAVACOM) a voulu en savoir plus sur cette Association dans notre Eglise du Burundi. Nous avons pu accrocher une interview de la part du Président actuel de l’UCI, Monsieur l’Abbé Jean Bosco Habarugira et Directeur Académique au Grand Séminaire Saint Pierre Claver de Burasira. Voici les résultats de notre échange.

                           

Q/ Monsieur l’Abbé, vous êtes Président de l’UCI depuis près de quatre ans si je ne m’abuse; pourriez-vous nous présenter en quelques points cette entité sacerdotale?

R/ Je suis Président de l’UCI nationale depuis 6 mois, mais Président de l’UCI diocésaine depuis 4 ans. Je pourrais vous dire que notre Association a une longue histoire. C’est une situation qu’elle a vécue comme Clergé depuis les années 30 lorsque les prêtres burundais se sont intégrés dans un Clergé composé essentiellement des Missionnaires, les prêtres burundais ont senti la nécessité de s’identifier par leur culture et ont fondé l’Union Apostolique et Culturelle des Prêtres Burundais (UACPB). C’était à Mugera en 1954, avec seulement 19 membres. C’était le point de départ d’une longue histoire que nous sommes en train de vivre aujourd’hui. Cette Association se proposait l’entraide spirituelle et intellectuelle pour la culture, la sanctification personnelle et l’apostolat.

Q/ L’union sacerdotale d’origine (UACPB de 1952), a connu une évolution dans la réalisation de ses objectifs. A-t-elle été bénéficiaire d’un acte d’approbation de la part des autorités ecclésiastiques? Si oui à quelle date, si non pour quelles raisons?

Je dirais que l’essentiel de ces objectifs est vécu aujourd’hui par l’Association. Mais la situation a évolué parce que l’Episcopat actuel a mis sur pieds en 1972 le Secrétariat Permanent du Clergé. Et l’Association a pris le nom de l’Union Apostolique du Clergé Burundais (UACB). Ce qui était à cette époque l’Union Apostolique et Culturelle des Prêtres Burundais est devenu Union du Clergé Murundi (UCM), c’était le 22 Novembre 1972. C’était déjà une seconde étape. Le 16 Mars 1978, l’Assemblé épiscopale du Burundi a approuvé, ad experimentum, la ligne de conduite de cette Association. Notons que l’Union du Clergé Murundi concernait seulement les prêtres burundais comme c’était dans le nom, mais après, l’Union du Clergé murundi (UCM) a évolué pour devenir Union du Clergé Incardiné(UCI). C’était pour permettre à tout prêtre incardiné, burundais ou non, d’en faire partie s’il en fait la demande. C'est-à-dire que dans l’UCI il y avait des prêtres incardinés qui n’étaient pas nécessairement burundais. C’était une ouverture que l’on avait créée pour faire entrer aussi les autres prêtres d’origines étrangères.

Devenu Union du Clergé Incardiné, le Secrétariat Permanent du Clergé (SPC) a changé aussi pour devenir Secrétariat Permanent du Clergé Incardiné. Alors les Statuts du Secrétariat Permanent du Clergé Incardiné ont été adoptés le 15 Juillet 1980 à Burasira. Ces Statuts n’étaient pas définitifs, parce que l’Association grandissant a dû les rendre définitifs. Les Statuts actuels sont donc définitifs. Ils ont été signés en 1993 à Burasira. Le 14 Juillet 1993 tous les membres de l’UCI présents à l’Assemblée plénière ont adopté ces Statuts définitifs. Et pour être encore plus précis, la Conférence des Evêques a approuvé ces Statuts définitifs le 26 Décembre 1995, dans une lettre adressée à Monseigneur Gervais Banshimiyubusa alors Président de l’Union du Clergé Incardiné. Voilà l’historique de notre Association.

Lire la suite...

JOURNEE DE PRIERE POUR LA SANCTIFICATION DES PRETRES A MUYINGA

La sainteté est un don et une tâche. Nous avons donc à nous ouvrir à Dieu, et nous investir pour une vie digne des choisis de Dieu…"Aujourd'hui comme dans le passé, les saints sont les évangélisateurs les plus efficaces. Prions pour que Dieu nous fait don de saints prêtres".



Les prêtres du diocèse catholique de Muyinga ont célébré la journée de prière pour la sanctification du prêtre. C'était ce mercredi 3 juillet à la cathédrale Notre-Dame de Lourdes de Muyinga. Une Récollection sous le thème : "La sanctification du prêtre au quotidien à travers ce ministère", a ouvert la journée.
Oui, la sainteté est un don et une tâche. Nous avons donc à nous ouvrir à Dieu, et nous investir pour une vie digne des choisis de Dieu, a-t-il martelé Monsieur l'abbé Sébastien HARERIMANA qui a prêché ladite Récollection. Un don parce que le prêtre participe à la sainteté de Dieu. Mis à part que, comme tout chrétien, il est appelé à la sainteté, le prêtre doit le vivre en tant qu'identifié au Christ par le sacrement de l'ordre. Il doit se laisser sanctifier par les choses saintes dont il est l’intendant. D'autre part, la sainteté est une tâche où le prêtre doit s'engager à œuvrer pour devenir saint.

Lire la suite...

JOURNEE DE REFLEXION ET D’ECHANGE SUR LES NTIC POUR LES PRETRES DE MUYINGA.

« Le prêtre en tant que pasteur ne doit pas se méfier des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Il doit au contraire profiter des opportunités que ces dernières lui offrent pour les mettre au profit de la pastorale de l’Eglise ».



Les prêtres du diocèse Catholique de Muyinga ont eu ce lundi 27 mai, au Centre Isidore Bakanja, une journée de réflexion et d’échange sur « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) au service de l’Evangélisation ». Le conférencier était Monsieur l’Abbé Dieudonné NIBIZI, Directeur du CEDICOM (Centre Diocésain de Communication de l’Archidiocèse de Bujumbura).

Le pasteur d’aujourd’hui doit se rendre compte des mutations en cours, se préparer à une évangélisation du nouveau continent digital. Il ne doit pas non plus négliger les risques liés aux NTIC mais au contraire s’engager concrètement à travers une action individuelle et collective pour répondre au message du Christ : « Allez dans le monde entier et proclamez la Bonne Nouvelle à toute créature ». En effet, les habitants de ce nouveau continent digital ont besoin de l’Evangile. Si notre cher pape François nous appelle à aller aux périphéries, nous devons rejoindre aussi ces fils et filles de Dieu pour faire incarner le Fils de Dieu là-même.

Lire la suite...

SESSION DE FORMATION DES ANIMATEURS DES MALADES MISSIONNAIRES

« C’est l’Esprit Saint qui fortifie les animateurs des malades missionnaires pour qu’ils soient capables de susciter la foi et l’espérance chez les malades ».



Les animateurs des malades missionnaires des paroisses du Diocèse Catholique de Muyinga sont dans une session de formation de trois jours au Centre de Formation Isidore Bakanja depuis ce jeudi 23 mai afin de s’imbiber de la beauté et des exigences de cet apostolat.

En effet, les malades missionnaires sont une des branches de la Propagation de la foi, une des quatre Œuvres Pontificales Missionnaires. La session est organisée pour fortifier ces animateurs des malades missionnaires dans leur apostolat auprès des malades. Comme l’a signifié Mgr Protais Nkurikiye, vicaire général du diocèse de Muyinga, au cours de la messe d’ouverture de cette session, la maladie est pour plus d’un, une épreuve de la vie. Quelquefois, le malade cède au découragement et sa foi commence à chanceler. Pour certains, ils vont jusqu’au reniement même de leur foi s’ils ne trouvent pas des gens qui les encouragent et les soutiennent dans ces épreuves. C’est donc l’Esprit Saint qui fortifie les animateurs des malades missionnaires pour qu’ils soient capables de susciter la foi et l’espérance chez les malades. Ils doivent donc être des hommes et des femmes de prière.

Lire la suite...

RENCONTRE DES LEADERS POLITIQUES ET DES ADMISTRATIFS POUR UNE PAIX DURABLE.

« La violence n’est jamais une solution à la violence mais au contraire elle l’active et permet son extension. Exerçons-nous à vivre la non-violence active qui convertit et sauve l’autre ».

Les leaders politiques et les administratifs des provinces Muyinga et Karusi ont participé ce jeudi le 16 mai 2019, à une conférence-débat organisée par la Commission diocésaine pour l’Apostolat des Laïcs sur le thème : « La non-violence active et la réconciliation source de paix et du développement durable », dans les enceintes de l’Auberge Mgr NTERERE.

En effet, l’Eglise catholique, dans le monde, est appelée à travailler pour l’établissement d’une paix durable. Elle doit investir toutes ses forces pour que tous les enfants de Dieu puissent vivre en harmonie dans le respect mutuel, dans leur différence d’opinion, de provenance et d’appartenance politique. Tel est le message de l’Evêque dans son discours d’ouverture.

Lire la suite...

UNE SESSION DE FORMATION POUR LES PRETRES DU DIOCESE CATHOLIQUE DE MUYINGA.

Le prêtre est un rassembleur du peuple de Dieu dans toutes ses composantes.



Dans le cadre d’une formation permanente du clergé de Muyinga, comme le prévoit le Code de Droit Canon de l’Eglise (Can.279), les prêtres de ce diocèse ont commencé une session de formation de deux jours dans les enceintes du Grand Séminaire Jean Paul II de Gitega.

Pour notre Diocèse, mis à part une semaine de Retraite spirituelle organisée à l’intention de tous les prêtres chaque année, on organise aussi une semaine de formation sur divers thèmes qui aident les prêtres de se ressourcer intellectuellement et humainement. Pour cette année, le thème est : « L’entretien sur l’Islam et la Possibilité de dialogue Islamo-Chrétien (Catholique) ».

Lire la suite...

OUVERTURE D’UNE UNITE DE TRANSFORMATION DES PRODUITS AGRICOLES DANS LA COMMUNE DE MWAKIRO

Il y a cinq ans, on ne produisait du maïs que pour une consommation immédiate car en petite quantité. Mais aujourd’hui, une seule personne peut produire 10 tonnes de maïs à lui seul

Lire la suite...

REUNION DES CHARGES DES SERVICES CENERAUX AU NIVEAU PASTORALE

Le Vicaire Général,  Mgr Protais Nkurikiye a réuni ce mardi 27 mars, les chargés des services généraux du Bureau Pastoral au Centre de Formation Permanente Isidore Bakanja. 

L'objectif de cette réunion était la présentation de chaque service des activités en cours de réalisation et les perspectives d'avenir. Comme nous sommes tous dans le Bureau pastorale, qui  est considéré comme le cœur du diocèse, nous avons besoin de savoir ce que chacun est en train de faire ou projeter pour une bonne coordination et surtout que tout doit s'articuler sur le thème pastorale de l'année.

Après les différents exposés, force est de constater que les activités apostoliques vont bon train malgré les problèmes liés à la conjoncture économique que plus d’un fait face. Cette rencontre des agents pastoraux était la première depuis l’ouverture de l’année pastorale en septembre 2018. Toutefois, chaque service présente un bilan trimestriel très positif qui est digne d’être encouragé.

Lire la suite...

JUBILE DE 100ANS POUR LA CONGREGATION DES BENE BIKIRA

C'est une grande joie pour les sœurs de la congrégation des Bene Bikira qui fêtent ce lundi 25 mars 100 ans d’existence de leur congrégation. La célébration a commencé par une Messe présidée par Son Excellence Monseigneur Joachim Ntahondereye dans la paroisse de Gitaramuka en présence de nombreux prêtres, d’autres religieux et laïcs qui étaient venus partager la joie avec elles.

Cette Congrégation a été fondée en 1914 par Son excellence Monseigneur Jean Joseph Hirtz alors vicaire Apostolique du Rwanda-Burundi. C'était donc le 25 Mars 1919 que la première sœur, sœur Marie Jeanne Nyirabayovu a émis ses premiers vœux dans la Paroisse de Rwaza au Rwanda. Petit à petit, la communauté a grandi.
La congrégation est arrivée au Burundi en 1973 suite à une guerre civile qui a éclaté au Rwanda et qui a poussé certaines sœurs à fuir leur pays. Dieu écrit droit sur des lignes courbes. Arrivées au Burundi, elles ont continué l’œuvre d’évangélisation à Muyinga et voilà que la première communauté venait de naître.

Aujourd'hui la congrégation compte trois Provinces: deux provinces au Rwanda et celle du Burundi. Au Burundi, la congrégation des Bene Bikira a déjà 9 communautés et un Noviciat qui se trouve à Rugari dans le diocèse de Muyinga.

Lire la suite...

NOTRE EVEQUE CELEBRE SON 16 ANNIVERSAIRE D’EPISCOPAT

Notre Evêque, Son Excellence Monseigneur Joachim Ntahondereye célèbre  son 16ème  anniversaire d’ordination épiscopale ce 1er Mars à la Cathédrale Notre Dame de Lourdes de Muyinga.

Dans son homélie, où il avait fait choix des textes dédiés à la célébration du Sacré-Cœur de Jésus – car nous sommes le premier vendredi du mois-, il a  rappelé le rôle du Bon Pasteur.  C’est un Pasteur qui ne confond pas une brebis et une autre. Il connait chacune d’elle, l’aime profondément et sait de quoi elle a besoin. Quelle personne, super intelligente soit-elle, aurait cette prétention et surtout  dans un diocèse ayant plus d’un million et demi d’habitants ? Seul Dieu en est capable. Et pourtant Dieu a besoin de personnes disponibles pour partager sa mission de pasteur. Ce qu’il nous demande, c’est de prier le Maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson qui est toujours abondante. « Et il l’a toujours fait à voir combien depuis mon ordination épiscopale il n’a pas cessé d’augmenter le nombre de prêtres qui acceptent de collaborer à cette noble mission de pasteur », a-t-il ajouté.

Lire la suite...

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 30 invités et aucun membre en ligne