Nouvelles Ngozi

LES ATTITUDES DES JEUNES CHRETIENS PENDANT LA PERIODE ELECTORALE

Marchons avec Jésus, avant pendant et après les élections, en privilégiant l’union avec lui pour bénéficier de sa grâce.



La troisième journée du Forum National des jeunes qui se déroule au Stade de Vyerwa dans le diocèse de Ngozi depuis lundi 05 août 2019 a été marquée ce mercredi 07 août par trois enseignements. Deux enseignements avant midi et un autre après-midi.

Centré sur le thème « L’essentiel de la conclusion du Synode des Evêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel» qui a été présenté par Son Excellence Monseigneur Blaise Nzeyimana, Evêque du diocèse de Ruyigi, le premier enseignement a débuté à 8h30 min. Le conférencier a tout d’abord proclamé le passage de l’Evangile selon saint Luc (24, 13-35) qui parlent de l’expérience vécue par deux disciples d’Emmaüs. Ce thème a été développé en trois temps. Dans le premier temps, Son Excellence Monseigneur s’est basé sur le verset 15 « Jésus en personne s’approcha, et il faisait route avec eux » pour montrer que Jésus Christ a surpris les deux pèlerins déçus et découragés par la mort de leur Maître. Il a fait route avec eux et a commencé à les enseigner en commençant par Moïse et les Prophètes pour parcourir toutes les Ecritures qui le concernaient. Sur les traces de Jésus Christ, même l’Eglise se soucie beaucoup de l’éducation des jeunes pour les conforter dans ce qu’ils vivent. En effet, les jeunes sont assaillis par beaucoup de choses à savoir les Technologies d’Information et de Communication (le Téléphone, l’Ordinateur, le Caméra, etc.), les migrations sans destination sûre et les abus sexuels, de pouvoir et de confiance. Dans le second temps, le conférencier a cité le verset 31 : « Leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent » pour montrer que les deux disciples n’ont reconnu Jésus qu’après la fraction du pain, un geste qui le distinguait. Marcher avec Jésus, l’écouter et participer à la fraction du pain est une grâce. Son Excellence Monseigneur en a profité pour inviter les jeunes à écouter Jésus qui leur parle à travers son Eglise. Dans le troisième temps, il a cité le verset 33 : « A cette heure même, ils partirent et retournèrent à Jérusalem » pour témoigner que Jésus Christ est vivant.

 

Il a conclu son enseignement en rappelant aux participants que l’union fait la force et que qui accepte de marcher avec Jésus doit accepter de croire en lui. Jésus est plus proche des jeunes que quiconque et l’Eglise est invitée à valoriser la structure de la famille, elle qui a la mission première d’éduquer l’enfant.

Après une demi-heure d’animation les jeunes ont eu droit à suivre le second enseignement de la journée sous le thème : « Les attitudes des jeunes chrétiens pendant la période électorale : avant, pendant et après les élections» développé par Son Excellence Monseigneur Joachim Ntahondereye, Evêque du diocèse de Muyinga et Président de la Conférence des Evêques Catholique du Burundi (CECAB). Avant de proposer les attitudes à adopter, il a recommandé aux jeunes de ne pas perdre de vue l’invitation que constitue le thème général du forum : « Jeunes, ne vous modelez pas sur le monde présent » (Rm 12, 2), et d’autres passages comme l’appel de Jésus (Mt 5, 13.14) : «Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde» ainsi que celui de Saint Pierre : « Ce sont de nouveaux Cieux et une terre nouvelle que nous attendons selon sa promesse, où la justice habitera » (2 P 3, 13). Après avoir assuré que l’Eglise Catholique ne s’attache à aucun régime politique, le conférencier a renchéri en proposant certaines attitudes à adopter. Face aux élections, il a invité les jeunes à considérer à juste titre les élections, tout en sachant que la démocratie ne se limite pas seulement à l’organisation des élections. Il est recommandé aux jeunes de prendre part aux élections pour donner leur contribution dans la gestion du pays. Le jeune doit éviter toute calomnie et adopter un langage respectueux des adversaires tout en renforçant un langage constructif car, qui crie fort prouve la faiblesse de ses arguments. Il a recommandé tout un chacun de se faire aider dans l’appréciation de la stature des candidats car « l’union fait la force ». Il doit éviter l’achat ou la vente de son bulletin de vote sans oublier d’éviter les calomnies à l’endroit des adversaires.

Il a conclu son enseignement en invitant les participants à marcher avec Jésus, avant pendant et après les élections, en privilégiant l’union avec lui pour bénéficier de sa grâce.


S.E. Mgr Joachim Ntahondereye (à gauche) et S.E Mgr Blaise
Nzeyimana (à droite) répondent aux questions des jeunes

Après une série de questions posées aux deux conférenciers de l’avant midi, les participants au Forum ont pris part à la célébration Eucharistique présidée par son Excellence Monseigneur Jean Ntarwarara, Evêque du diocèse de Bubanza. Partant de l’Evangile du jour qui parlait de la femme cananéenne (Mt 15, 21-28), Son Excellence Monseigneur a partagé à l’assemblée trois éléments importants. D’abord, cette femme de l’Evangile est un modèle d’une foi persévérante. Elle n’a pas cédé au refus de Jésus de l’exaucer. Ensuite, Jésus n’a pas répondu spontanément à la femme parce qu’il voulait la laisser libre dans sa décision de partir ou rester. L’attitude de cette femme nous invite à adopter un comportement d’humilité quand nous prions. Enfin, l’exemple de la prière de cette femme païenne nous invite à prier pour les autres. Son Excellence Monseigneur a terminé son homélie en invitant les jeunes à prier pour les autres et pourquoi pas pour le bon déroulement des élections.

Le dernier enseignement de la journée a été présenté dans l’après-midi, à partir de 15h00 par Son Excellence Monseigneur Georges Bizimana, Evêque Coadjuteur du diocèse de Bubanza, sur «Les défis majeurs des jeunes dans l’Eglise et dans la société et perspectives de sortie». Dans l’introduction de son enseignement, il a assuré que Dieu a un projet sur toute personne créée à son image. Il a poursuivi en soulignant les défis auxquels les jeunes burundais font face : la pauvreté, le chômage, les abandons scolaires surtout des filles, la consommation de la drogue, les films malsains, la manipulation des politiciens, le changement climatique, la nouvelle éthique mondiale, le commerce des êtres humains. Après cet inventaire, le conférencier a proposé des pistes de solution. Comme remède, Son Excellence Monseigneur Georges a proposé la foi en Dieu et la méditation pour prendre connaissance de la volonté de Dieu sur nous. En effet, Dieu est miséricordieux et nous aime. Nous avons du prix à ses yeux. Pour cette raison, personne ne pourrait nous séduire pour nous embrigader dans des choses frivoles. Il en a profité pour recommander aux jeunes de ne pas se décourager face aux problèmes de la vie car qui veut entrer dans le projet de Dieu ne peut pas manquer de difficultés. Il n’a pas manqué d’exhorter les jeunes à valoriser la prière, à travailler en association pour se compléter mutuellement, à éviter de perdre du temps et à sauvegarder le bien commun.

Il a conclu son enseignement en soulignant le travail qui incombe à l’Eglise : «être proche des jeunes pour marcher avec eux, comme le Seigneur Jésus le faisait en son temps».

Par Abbé Marc MANIRAKIZA