Vous êtes ici : HomeVie d'EgliseCommuniqués

Communiqués

Communiqué de clôture de l’Assemblée Plénière de la CECAB du mois de septembre 2018

 

1.    Du 4 au 7 septembre 2018, les Evêques membres de la Conférence des Evêques catholiques du Burundi se sont rencontrés à l’Evêché de Muyinga dans leur Assemblée Plénière ordinaire de ce mois.

2.    Après la prière et le discours d’ouverture fait par le Président de la Conférence,  les Evêques ont commencé, comme d’habitude, par un échange d’informations sur la vie et la pastorale dans leurs diocèses respectifs.

-    Tous les Evêques ont exprimé leur gratitude pour l’immense bien que le Seigneur continue à accomplir dans l’Eglise du Burundi : le don de beaucoup de nouveaux prêtres et diacres, de nouveaux Profès dans les différentes Congrégations religieuses, de jeunes qui reçoivent le sacrement de la Confirmation ainsi que la célébration de différents jubilés.

-    Les Evêques ont exprimé la joie qu’ils ont éprouvée à apprendre combien avait été massive et priante  la participation des jeunes au Forum national organisé à leur intention au chef-lieu de la Paroisse de Cibitoke dans le  Diocèse de Bubanza. De même ont-ils apprécié qu’au cours de ce Forum, les jeunes aient manifesté la soif sincère d’approfondir leur foi. En outre, les Evêques se sont réjouis d’apprendre que la participation des jeunes aux fora diocésains avait été elle aussi très nombreuse et engagée. Ils se sont réjouis aussi d’apprendre que la Croix des jeunes  continue à  susciter une grande ferveur sur tout son passage.  Cette Croix qui, lors du Forum de Cibitoke était dans le Diocèse de Bubanza, a été confiée ensuite au Diocèse de Ngozi où elle va passer toute une année.

-    Les Evêques ont également apprécié l’enthousiasme et la ferveur avec lesquels les chrétiens de leurs différents diocèses ont accueilli les reliques de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face.

-    Dans le même échange d’informations,  les Evêques n’ont pas caché leur préoccupation face à l’appauvrissement croissant de la population, aggravé par des demandes persistantes de contributions de divers types. En plus, ils ont constaté avec peine, le phénomène du banditisme enregistré dans beaucoup d’endroits. De même ont-ils noté avec appréhension la hausse des taux des frais scolaires ordonnée conjointement par le Ministère de l’Education, de la Formation Technique et Professionnelle et celui de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA.
3.    Après ces échanges, les Evêques ont repris, pour la porter à terme, la révision du projet  du Directoire sur le Mariage et la famille  pour les diocèses catholiques du Burundi, en y intégrant les observations qui avaient été faites par le Saint-Siège.

4.    Ils ont aussi procédé à la finalisation du projet du Directoire sur la formation des prêtres en examinant les textes supplémentaires relatifs aux programmes des cours des différents cycles de la formation du Grand Séminaire.

5.    Ils ont également échangé sur le projet de mise en valeur de quelques éléments du patrimoine de la CECAB.

6.    Un autre point analysé est la question scolaire. Les Evêques déplorent la situation inquiétante qui prévaut dans plusieurs écoles de notre pays où s’observent des cas flagrants de tricherie,  de corruption ainsi qu’une tendance à la politisation du milieu scolaire. Les Evêques redoutent que la grande contribution que l’Eglise a toujours donnée en matière de l’éducation dans les écoles du Burundi risque d’être handicapée à cause du non-respect de la Convention scolaire entre l’Etat et l’Eglise Catholique. De même craignent-ils que la tendance à une législation très rigide dans le domaine scolaire, ne décourage les initiatives privées dans ce domaine.

7.    Avant de clore leur réunion, les Evêques ont été informés sur la crise grave que traverse la direction nationale du Mouvement Chiro Burundi  et ils se sont engagés à rencontrer chacun les dirigeants de ce Mouvement au niveau de son diocèse pour tenter d’éviter qu’il ne fasse marche arrière alors qu’il semblait se relever.

8.    Le 5 septembre 2018, au lendemain du début de leur réunion, les Evêques ont pris un moment pour féliciter S.E. Mgr Stanislas KABURUNGU, Evêque Emérite de Ngozi, qui ce jour-là commémorait le 50ème anniversaire de sa nomination comme Evêque de Ngozi. Ils ont en même temps rendu grâce au Seigneur pour les 50 ans d’existence du  Diocèse de Muyinga, érigé à la même date en 1968 par le Bienheureux Pape Paul VI.

9.    Les Evêques ont clôturé leur réunion en souhaitant à l’Evêque du Diocèse de Muyinga et au peuple de Dieu qui lui est confié, une joyeuse célébration du Jubilé d’or de ce Diocèse prévue le 8 septembre 2018.

       

Fait à Muyinga, le 07 septembre 2018.

 

Pour la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi
S.E.Mgr Joachim NTAHONDEREYE
Evêque de Muyinga et Président de la CECAB

 

Télécharger ce Communiqué ici

Itangazo ryo gusozera Inama y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi yo muri Nyakanga 2018

 

1.    Kuva kw’igenekerezo rya kane gushika kw’igenekerezo ry’indwi Nyakanga 2018, Abepiskopi b’Ekleziya Gatolika y’ i Burundi  barakoraniye hamwe ku Kirimba c’Umwungere wa Diyoseze ya Muyinga mu nama yabo isanzwe y’uko kwezi.  

2.    Igisabisho hamwe n’ijambo ryo kwugurura inama biheze,  Abepiskopi baciye babanza guhanahana amakuru yerekeye ubuzima n’ubutumwa mu ma Diyoseze bashinzwe.

-    Bose barakengurukiye Imana ku vyiza ntangere ibandanya kurangura muri Ekleziya yo mu Burundi : abasaserdoti n’abadiyakoni bashasha benshi babonetse, abihebeyimana bashasha benshi bo mu miryango itandukanye, urwaruka rwinshi  rwakomejwe muri Mutima Mweranda,  n’amayubile yahimbajwe..

-    Abepiskopi baragaragaje akanyamuneza bagize mu kubona ingene  urwaruka rwinshi rwitabanye igishika n’umutima w’ugusenga  ikoraniro ryarwo ryo ku rwego rw’igihugu,  ryabereye muri paroisse Cibitoke, Diyoseze ya Bubanza. Barahimbawe n’ukwumva ingene muri iryo koraniro, urwo rwaruka rwaragaragaje inyota rufise y’ugukomeza ukwemera kwarwo. Bisubiye, Abepiskopi barahimbawe n’ukwumva ingene  urwaruka rwari rwitavye ari rwinshi cane kandi rwuzuye igishika, amakoraniro yari yitangiye kubera muri Diyoseze imwe imwe, hamwe n’ingene wa musaraba w’urwaruka ubandanya ukaburira abantu umutima wo gukunda Imana aho uciye hose. Igihe c’ikoraniro ryo mu Cibitoke, uwo musaraba wari muri Diyoseze ya Bubanza, mu nyuma na ho waciye ushikirizwa Diyoseze ya Ngozi, aho ugiye kuzomara umwaka wose.

-    Abepiskopi baranezerejwe kandi n’ukwumva ingene abakristu bo mu madiyoseze yose yo mu Burundi bakiranye igishika n’umutima w’ugusenga ibisigarira vy’Umweranda Tereziya w’Umwana Yezu no mu Maso Heranda.

-    Muri iryo hanahanamakuru ryabo nyene, Abepiskopi ntibahishije ko bahagaritswe umutima n’ubukene bubandanya bwugariza abanyagihugu kandi bukunyurwa n’ukuguma bakwa intererano nyinshi zitandukanye. Baratewe agahinda kandi n’ubusuma bumva ahatari hake. Vyongeye, baravuganye n’ukuntu batewe amakenga n’iduzwa ry’amafaranga y’ishure riherutse gushingwa  mw’itegeko bwirizwa ry’Umushikiranganji w’Indero n’Inyigisho z’imyuga, be n’uw’Amagara y’abantu n’ukurwanya ikiza ruhonyanganda SIDA.

3.    Bahejeje guhanahana ayo makuru, Abepiskopi baciye basubira kwihweza Integuro y’indinganizo n’amategeko ngenderwako bigenga ingo n’imiryango mu ma diyoseze gatolika yo mu Burundi, bongera baraheraheza kwongeramwo impinyanyuro zari zasabwe n’igisata ca Papa kibijejwe.

4.    Barongeye baraheraheza kwihweza  Integuro y’indinganizo y’indero n’ivyigwa vyo mu maseminari mu gushimikira ku biraba urutonde rw’ivyigwa bitegekanirijwe intabwe imwe imwe mu zigize imyaka y’indero yo mw’Iseminari Nkuru.

5.    Baranahanahanye ivyiyumviro ku vyerekeye ugukoresha neza bimwe bimwe mu vyo Inama Nkuru y’Abepiskopi itunze kugira ngo birushirizeho kuyigirira akamaro.

6.    Ikindi Abepiskopi bihweje ni icerekeye indero mu mashure. Barababazwa n’ukwumva ahatari hake mu mashure havugwa ubusuma bweruye bw’amanota, ukurya ibiturire, ugushaka kugira amashure urubuga rwa politike. Barafise kandi amakenga ko intererano iboneka Ekleziya yamye itanga mu vyerekeye indero mu mashure yo mu Burundi, ishobora kutabandanya itangwa nk’uko bavyipfuza, kubera ukudakurikizwa kw’amasezerano Ekleziya yagiriraniye na Leta muri ico gisata. Ayandi makenga bagize, ni ay’uko, kubera  amategeko adaditse ashingwa mu Bushikiranganji bw’indero, amashure menshi y’abigenga ahakwa kwugara, kuko adashoboye gukwiza ibisabwa vyose kandi usanga ari vyinshi.

7.    Imbere y’ugusozera inama yabo, Abepiskopi baranamenyeshejwe ibibazo biri mu muhari wa Chiro Burundi, baca bemeranya ko umwe wese ku rugero rwiwe, azofata umwanya wo kwumviriza indongozi zawo ku rwego rwa Diyoseze yiwe, kugira ngo agire ico ahanuye cotuma uyo muhari udasubira inyuma nk’ibirenge, kuko wariko urasubira gutoha.

8.    Kw’igenekerezo rya 5 Nyakanga 2018, baraye batanguye iyo nama yabo,  Abepiskopi barafashe akanya ko gukeza Nyenicubahiro Musenyeri Stanislas KABURUNGU, Umwepiskopi yahoze arongoye Diyoseze ya Ngozi, yari arumije imyaka 50 kuva agenywe mw’ibanga ry’ubwepiskopi. Barongeye barakengurukira Imana, mu kanywababo, ku myaka 50 yari iheze Diyoseze ya Muyinga  ishinzwe n’Umuhimbazwa  Papa Paulo VI.

9.    Abo Bepiskopi basozereye inama yabo bongera kwipfuriza Umwungere wa Diyoseze ya Muyinga n’igihugu c’Imana yaragijwe, guhimbaza neza Yubire y’imyaka 50 iyo Diyoseze imaze ishinzwe. Umusi w’uguhimbaza iyo Yubire ukaba ari igenekerezo rya 8 Nyakanga 2018.

    Bigiriwe i Muyinga ku wa 7 Nyakanga 2018.

    Kubw’Inama y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi

    +Yohakimu NTAHONDEREYE
    Umwepiskopi wa Muyinga, Umukuru w’Inama
    y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi

 

Télécharger ici l'original de ce Communiqué

Communiqué de clôture de l’Assemblée Plénière de la CECAB du mois de juin 2018

1.    Du 05 au 08 juin 2018, les Evêques membres de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi se sont réunis au Grand Séminaire Saint Jean-Paul II de Gitega dans leur Assemblée Plénière ordinaire du mois de juin.

2.    Après la prière dite et le discours d’ouverture prononcé par le Président de la Conférence, les Evêques ont commencé par échanger sur la vie et la pastorale dans leurs Diocèses respectifs.

-    Tous se sont réjouis de la grande ferveur et de l’affluence des chrétiens de toutes les paroisses. Cela s’est manifesté de façon particulière lors des Fêtes de Pâques, de la Pentecôte et du Très Saint Sacrement.
-    Ils ont apprécié que le pèlerinage de la Croix des jeunes dans le Diocèse de Bubanza continue à faire du bien et à attirer beaucoup de monde. Du coup, il leur a été rappelé que cette Croix sera accueillie par  le Diocèse de Ngozi après le Forum national des Jeunes qui aura lieu à Cibitoke, du 06 au 10 août prochain.

-    Ils sont revenus sur l’événement du 5 mai 2018, combien important pour l’Eglise du Burundi, à savoir la prise de possession canonique de Son Excellence Monseigneur Gervais BANSHIMIYUBUSA, nouvel Archevêque de Bujumbura. En leur nom, l’Evêque de Muyinga qui préside leur Conférence en a profité pour réitérer leurs félicitations à ce dernier et leurs remerciements à l’Archevêque Emérite pour le bien accompli dans l’Archidiocèse.

-    Un autre point qui a fait l’objet de leur échange d’informations est que partout dans les Diocèses la période des confirmations a commencé et qu’on se prépare aux ordinations sacerdotales et diaconales ainsi qu’aux professions religieuses.
 
-    Les Evêques se sont rappelé aussi les dates auxquelles ils attendent, chez eux, les reliques de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face qui seront en pèlerinage au Burundi depuis le 31 juillet jusqu’au 08 septembre 2018.

-    Les Evêques ont déploré et condamné le massacre de Ruhagarika dans le Diocèse de Bubanza, perpétré dans la nuit du 11 au 12 mai 2018. Du coup ils se sont rappelé que, très récemment, l’Eglise a eu à déplorer la mort inopinée d’un prêtre de l’Archidiocèse de Gitega et d’un catéchiste de la Paroisse de Muhweza dans le Diocèse de Rutana, l’assassinat d’un catéchiste de la Paroisse de Mugamba dans le Diocèse de Bururi ainsi que la tentative d’assassinat du Curé de la Paroisse de Nyabihanga dans l’Archidiocèse de Gitega. Les Evêques ont également déploré que des cas d’assassinats, pour diverses raisons, continuent à être enregistrés ici et là dans le pays.

-    Les Evêques ont constaté que les récoltes qui s’annonçaient bonnes ont été sapées par les crues de rivières et les inondations causées par les pluies torrentielles qu’il y a eu pendant la deuxième période culturale. Ils ont regretté que ces pluies aient aussi détruit plusieurs maisons et emporté même des vies humaines. Les Evêques se sont dits préoccupés par les maladies qui ravagent les cultures, dont surtout le bananier.

-    Du point de vue social, les Evêques se sont réjouis du climat d’accalmie noté un peu partout, tout en déplorant les cas d’intimidation et de violence observés ici et là avant et après le référendum constitutionnel.

3.    Après ces échanges, les Evêques ont procédé à l’analyse de la situation qui prévaut actuellement dans notre pays dans le but de discerner les défis qu’elle lance à l’Eglise et l’action à mener pour les relever. Cela fait, ils se sont recommandé d’œuvrer pour que l’Eglise dont ils ont la charge reste fidèle au message du Christ, notamment par la redynamisation des petites communautés ecclésiales de base, par le renforcement de la pastorale de proximité, par l’enseignement de la Doctrine sociale de l’Eglise à toutes les catégories de fidèles et par la mise en œuvre des recommandations des synodes diocésains sur la réconciliation.  

4.    Un autre point abordé concerne le mariage chrétien au Burundi. A ce propos, les Evêques ont notamment procédé à la révision du Projet du Directoire sur le mariage et la famille pour les Diocèses catholiques du Burundi, en y intégrant les observations faites par le Saint-Siège. N’ayant pas pu se terminer, ce travail va se poursuivre pendant les réunions ultérieures.

5.    Les Evêques ont également abordé la question scolaire. Ce faisant, ils ont analysé le projet de texte d’une « Convention scolaire type entre le Ministère de l’éducation et les Confessions religieuses ». Ainsi ont-ils  noté une grande différence sur des points essentiels, par rapport à l’ancienne Convention scolaire entre l’Eglise catholique et l’Etat, signée en 1990. Faisant fond alors sur la grande contribution que l’Eglise catholique donne au pays depuis plusieurs années dans ce domaine de l’éducation et de la formation, les Evêques ont formulé des propositions d’amendements à soumettre au Ministère concerné avant que la Convention type ne soit adoptée.

6.    Le dernier point que les Evêques ont traité dans leur réunion concerne les critères de délibération et d’avancement de classe des séminaristes du cycle de théologie. Tout en donnant les indications à suivre, ils ont rappelé que l’authenticité d’une vocation ne se mesure pas aux seules performances académiques et recommandé donc que, dans l’évaluation, les éducateurs prennent en compte aussi tous les autres aspects.  

7.    Les Evêques ont conclu leur session par l’examen de quelques autres points relatifs à l’exercice de leur ministère.


    Fait à Gitega, le 08 juin 2018.

     Pour la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi
     S.E. Mgr Joachim NTAHONDEREYE
     Evêque de Muyinga et Président de la CECAB

    Télécharger ici le Communiqué

Itangazo ryo gusozera Inama y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi yo muri Ruheshi 2018

1.    Kuva kw’igenekerezo rya 5 gushika ku rya 8 Ruheshi 2018, Abepiskopi b’Ekleziya Gatolika y’ i Burundi  barakoraniye hamwe mu nama yabo isanzwe yo mu kwezi kwa Ruheshi. Iyo nama yabereye mw’Iseminari Nkuru y’i Gitega yitiriwe umweranda Yohani Paulo wa II.
2.    Igisabisho hamwe n’ijambo ryo kwugurura  ry’uwurongoye inama biheze,  baciye babanza guhanahana amakuru yerekeye ubuzima n’ubutumwa mu ma Diyoseze bashinzwe.
-    Bose baragaragaje akanyamuneza kubera ukungene abakristu basenga ari benshi kandi bagasengana umutima mu ma paruwase yose. Ivyo vyarigaragaje  cane cane mu gihe c’iminsi mikuru ya Pasika, Pentekoti n’Isakaramentu Ryeranda.
-    Barashimye ko urugendo rw’umusaraba w’urwaruka muri Diyoseze ya Bubanza ruguma rukora ivyiza kandi abantu benshi baguma bahurumbira uyo musaraba.  Baciye mbere bibutswa ko uyo musaraba uzokwakirwa na Diyoseze ya Ngozi inyuma y’ihuriro ry’urwaruka rwo mu gihugu cose rizobera muri Paruwase ya Cibitoke, kuva kw’igenkerezo rya 6 gushika ku rya 10 Myandagaro.  
-    Baragarutse ku ciza ntibagirwa kandi gihambaye cabaye muri Ekleziya y’Uburundi, aho kw’igenekerezo rya 5 Rusama 2018, Nyenicubahiro Musenyeri Gerevazi BANSHIMIYUBUSA, Umwungere Mukuru mushasha wa Diyoseze Nkuru ya Bujumbura, yashikira icese amabanga yo kuyobora iyo Diyoseze. Kw’izina rya bagenziwe, Umwepiskopi wa Muyinga arongoye Inama yabo yarasubiriye kumukeza kandi aranashimira Umwungere Mukuru yahora arongoye Diyoseze Nkuru ya Bujumbura.
-    Ikindi bavuze muri uko guhanahana amakuru ni uko mu ma Diyoseze hose, ari igihe co gutanga isakaramentu ry’Ikonfirmasiyo n’ukwitegurira kwatira abasaseredoti n’abadiyakoni hamwe n’ukwakira indagano z’abihebeye Imana mu miryango itandukanye iri  hano mu  Burundi.  
-    Muri iyo nama kandi, Abepiskopi baribukanije ikirangaminsi c’ukwakira, mu madiyoseze yabo yose, ibisigi vy’umweranda Tereziya w’Umwana Yezu no mu maso hiwe heranda, kuva kw’igenekerezo rya 31 Mukakaro gushika ku rya 8 Nyakanga 2018.
-    Abo Bepiskopi nyene barababajwe n’ubwicanyi bwabereye mu Ruhagarika  muri Diyoseze ya Bubanza mw’ijoro ryo kuwa 11 rishira uwa 12  Rusama 2018, bongera baratera ivyatsi iryo bara. Baciye bibuka kandi ko mu minsi iheze Ekleziya yababajwe n’urupfu giturumbuka rw’umusaserdoti wo muri Diyoseze Nkuru ya Gitega Patiri Caritos Nicoyitungiye, be n’urw’umumenyeshamana wo muri Paroisse ya Muhweza muri Diyoseze ya Rutana ; ikongera ikababazwa kandi n’igandagurwa ry’umumenyeshamana wo muri Paruwase Mugamba muri Diyoseze ya Bururi, batibagiye n’ubwicanyi bwahatswe guhitana Patiri mukuru wa Paruwase ya Nyabihanga, iyo Imana idakinga. Abepiskopi barababajwe kandi n’ukwumva ko hirya no hino mu gihugu, abantu babandanya bicwa kubera impamvu zitandukanye.
-    Abungere b’Ekleziya yacu mu Burundi baravuze n’icerekeye umwimbu abantu bari biteze ko wobaye mwiza hose, mugabo hamwe hamwe ugahava uhitanwa n’uruvura rw’umurengera, imyonga ikuzura igasesa, eka no ku misozi ibiterwa bikononekara. Iyo mvura y’umurengera ikaba mbere yarahitanye n’amazu menshi, hamwe ho mbere n’abantu bakahasiga ubuzima. Vyongeye, Abepiskopi baravuganye ko bahagaritswe umutima n’ingwara ziguma zaduka mu biterwa bitandukanye, ubu ahatari hake ibitoke bikaba ari vyo bigeramiwe.
-    Mu vyerekeye imibano, Abungere barashima ingene, muri rusangi, hose mu gihugu abantu batekanye, batibagiye mugabo kunegura ko, hamwe hamwe, hari abaturubitswe n’abatewe ubwoba mu gihe c’imbere y’itorwa ry’Ibwirizwa shingiro rishasha, no mu minsi yakurikiye.
3.    Ihanahana ry’amakuru riheze, Abepiskopi barafashe umwanya w’ukurimbura ivyerekeye ibihe igihugu cacu kigezemwo, batumbereye gutegera kumwe uko Ekleziya barongoye yovyifatamwo. Bamaze rero kwihweza ibihambaye mu biriho, baribukanije ko Ekleziya ibwirizwa gukomera kw’ibanga ryayo ryo gushikiriza Inkuru nziza ya Yezu Kristu. Ivyo ikabigira cane cane mu kunagura imibano rukristu mitomito, mu gushimikira ku nyigisho zigenewe abantu bose mu mice itandukanye barimwo, n’inyigisho zijanye n’ugusubiza hamwe nkuko ijambo ry’Imana ribisaba, mbere hisunzwe n’ivyo za Nama mpuzangendo z’Umuryango (synodes) zashitseko mu madiyoseze. Ikindi cofasha cane ngo ubukristu bukomere, Abungere b’Ekleziya gatolika basanze kwoba ugushikiriza cane cane incabwenge inyigisho z’Ekleziya ziraba ubuzima bw’abantu mu mpande zose (doctrine sociale de l’Eglise).
4.    Ikindi Abepiskopi barabiye hamwe ni ivyerekeye ukwubaka rukristu. Ni ko kwongera gusuzuma Integuro y’Indinganizo n’amategeko ngenderwako bigenga ingo n’imiryango mu ma Diyoseze gatolika yo mu Burundi, mu kwongeramwo impinyanyuro zasabwe n’Igisata ca Papa kibijejwe. Ico gikorwa kikaba kizobandanya mu manama azokurikira.
5.    Abepiskopi bararabiye hamwe kandi ikibazo c’indero mu mashure. Kuri ico kibazo, ahanini bihweje neza Integuro y’Amasezerano yanditse kumwe kuri bose, Leta igomba kugiriranira n’amadini mu vyerekeye indero n’inyigisho. Bagereranije iyo nteguro n’amasezerano asanzwe ari hagati ya Leta na Ekleziya gatolika, kuva mu 1990, basanze itandukanye na yo mu bintu bimwe bimwe ngenderwako. Bafatiye ku vyo bagendeje, mu myaka itari mike iheze Ekleziya gatolika iterera bimwe biboneka muri ico gisata c’inyigisho n’indero, Abepiskopi baratondesheje ivyo bazosaba ko Ubushikiranganji bubijejwe bwohinyanyura muri iyo nteguro, imbere y’uko ayo masezerano yoterwako igikumu n’abo yega bose.  
6.    Icanyuma cari gitegekanijwe, Abepiskopi barabiye hamwe mu nama yabo, ni ivyo abarezi bokwisunga mu kurimbura yuko abaseminari bageze mu gice canyuma c’indero yabo ari co ca Teolojiya, bunguruzwa canke bagasubiramwo umwaka. Kuri iyo ngingo, baribukanije ko mu gusuzuma umuhamagaro w’abo basore, abarezi babo batoshingira ku kumenya ivyigwa kwonyene, mugabo ko ukwo kumenya bogusuzumira hamwe n’ibindi bisabwa uwitegurira kuba umusaseredoti.
7.    Abepiskopi basozereye inama yabo ku kwihweza n’ibindi bibazo bitobito vyerekeye ubutumwa bwabo. 

Bigiriwe i Gitega kuwa 8 Ruheshi 2018.

Kubw’Inama y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi
Musenyeri Yohakimu NTAHONDEREYE
Umwepiskopi wa Muyinga, Umukuru w’Inama
y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi.

Télécharger ici l'original de ce Communiqué

Communiqué de la CECAB concernant le Projet de Constitution et le Référendum y relatif

Alors que s’ouvre la campagne du référendum constitutionnel depuis le 1er mai 2018, la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a publié un communiqué dans lequel les Evêques exhortent le peuple burundais à sauvegarder l’unité  et la paix. C’est dans le cadre d’accomplir leur mission de promouvoir l’union du genre humain avec Dieu ainsi que l’unité, la concorde et la paix entre les hommes eux-mêmes, que les Evêques ont publié ce communiqué.
Les Evêques reconnaissent que le processus démocratique dans lequel se trouve le pays est mis à l’épreuve depuis 2015. Ce qui fait qu’un sursaut de conscience s’impose pour que tous les Burundais  reprennent à donner la priorité au bien de leur pays.  Ils rappellent les divisions qui ont suivi entre ceux qui sont au pouvoir et les opposants et jusqu’à ce jour,  constatent les Evêques, aucune solution  n’a été trouvée à ce problème puisque les efforts de dialogue qui devraient les rapprocher n’ont pas abouti tous, et c’est dommage car on sait bien que, souvent, la concorde ou la division de la population dépend de la classe politique.  Ils regrettent que ceux qui sont encore en exil n’aient pas la possibilité de s’exprimer sur le Projet de Constitution.
Mise à part la problématique des réfugiés, poursuit le communiqué, beaucoup de citoyens aujourd’hui, même s’ils ne le disent pas tout haut, vivent dans la peur, à tel point que les gens n’osent pas dire ouvertement ce qu’ils pensent par crainte de représailles. Cette peur est causée souvent par le langage, l’attitude et le comportement de certains Burundais qui usent de la violence ou abusent de l’autorité qu’ils détiennent pour opprimer la  liberté d’expression et d’opinion de  leurs adversaires politiques.
Dans le communiqué, les Evêques ne manquent pas d’exprimer leurs inquiétudes en rapport avec l’amendement de la Constitution dans le contexte actuel : « De fait, il y a lieu de se demander si les dispositions de l’article 299 de la Constitution qui nous régit actuellement, ont été considérées et suffisamment prises en compte. Cet article stipule principalement qu’aucune procédure de révision ne peut être retenue si elle porte atteinte à l’unité nationale, à la cohésion du peuple burundais ou à la réconciliation. Selon ce que nous constatons, au lieu d’unir les Burundais, le travail qui a été fait et le Projet de Constitution qui en est issu,  semblent avoir exacerbé les désaccords.  A notre avis, comme nous l’avons déjà exprimé, le moment n’était pas opportun  pour amender la Constitution de manière profonde ».
Les choses étant ce qu’elles sont, il ne reste plus qu’à souhaiter que le référendum se fasse dans la paix et dans la liberté et que, sans pression aucune, les Burundais votent librement « OUI » ou « NON ».
En concluant le communiqué, les Evêques exhortent les Burundais à ne pas céder à la panique : « Les élections passent et la vie continue. Quels que seront les résultats, si le  "OUI" remporte, nous serons régis par la nouvelle Constitution, si le "NON" remporte, nous garderons celle qui nous régit actuellement. Ce qui importe c’est que les Burundais restent unis, qu’ils se soucient de sauvegarder la paix et qu’ils cherchent à faire progresser la démocratie ».
Signalons que ce référendum  est prévu le 17 mai 2018.
Télécharger le Communiqué en français et son original en kirundi.
Abbé Lambert Niciteretse

Déclaration de la CECAB concernant la contribution pour les élections de 2020

La Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a publié ce mardi 10 avril 2018 une déclaration dans laquelle elle donne sa position en rapport avec la contribution pour les élections de 2020.

Les Evêques commencent par préciser que la grande contribution de l’Eglise pour la nation n’est pas de nature financière, mais elle consiste dans la recherche du salut des âmes, dans l’édification de la paix et la réconciliation ainsi que dans l’aide à ce que toute personne humaine soit respectée dans sa dignité.

Pour ce qui est de la contribution financière demandée à tous y compris les confessions religieuses, les Evêques indiquent qu’il est important que tout le monde sache que n’importe quelle contribution financière demandée à l’Eglise Catholique comme famille, ne peut être demandée qu’au niveau du Diocèse. En effet, l’Eglise Catholique est implantée dans un Diocèse parce que c’est là où se trouve son représentant légal qui est l’Evêque diocésain. Quant à l’Eglise Catholique implantée dans un Diocèse, elle est constituée des paroisses, des communautés religieuses, des œuvres caritatives comme les centres de santé, les écoles, les orphelinats, les maisons des handicapés et des personnes âgées, etc…

S’il faut donner une contribution financière, les Evêques le font comme famille par l’intermédiaire de l’Evêque diocésain. S’il s’agit d’une contribution nationale, les Evêques se concertent ensemble au sein de la Conférence Episcopale et apprécient ce qu’ils pourraient contribuer suivant la spiritualité de communion qui caractérise l’Eglise.   

Ainsi cette contribution au sein de l’Eglise Catholique ne peut être demandée qu’à l’Evêque qui, seul, représente le Diocèse devant la loi. Les Evêques demandent qu’il n’y en ait pas qui vienne la demander à d’autres institutions et œuvres appartenant à l’Eglise Catholique.

Les Evêques expriment également leur inquiétude au sujet de la collecte de la contribution demandée: il y a des gens qui sont malmenés et sont forcés à contribuer deux fois et même trois fois, alors qu’ils ont peu de moyens.

Télécharger la Déclaration en français. L'original est en kirundi.

Abbé Lambert Niciteretse

Communiqué de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi concernant la nouvelle traduction française de la Prière de Notre Père.

 

Dans un Communiqué de ce 04  avril 2018, la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a  annoncé à tous les fidèles qui prient en français  que la nouvelle traduction du Notre Père déjà en usage  dans les pays francophones depuis le 03 décembre 2017,  sera aussi en usage au Burundi depuis le 1er mai 2018. Dans cette nouvelle traduction, l’expression « ne nous soumets pas à la tentation » est remplacée par celle-ci : « ne nous laisse pas entrer en tentation ».


Voici la nouvelle traduction :


"Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite,  sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Amen".


Télécharger le Communiqué.

 

Communiqué de clôture de l’Assemblée Plénière ordinaire de la CECAB du mois de mars 2018

Du 20 au 22 mars 2018,  les Evêques  membres de la Conférence des Evêques catholiques du Burundi se sont rencontrés au Grand Séminaire  Saint Jean-Paul II de Gitega dans leur assemblée plénière ordinaire du mois de Mars.
1.    Ils ont d’abord échangé sur  la vie et la pastorale dans  leurs diocèses respectifs. Dans tous les diocèses, il a été organisé  des retraites ou récollections pour les prêtres en vue de les préparer  à animer les retraites pascales des autres  fidèles.  Ceux-ci répondent massivement.  Les Evêques  se sont   informés sur certains   projets en cours de réalisation dans leurs Diocèses : l’état de préparation du forum national  des jeunes à Cibitoke ; le lancement proche des travaux de construction du Lycée de NYanza-Lac  par les Frères de Notre Dame de la Miséricorde ( Bururi) ;  la construction d’une église-chapelle à la prison centrale de Ngozi ; la construction d’un Centre des métiers à la prison centrale de Muyinga ; et enfin  la prochaine bénédiction de la Cathédrale Rutana en date du 26 mai 2018.
2.    Les évêques se sont réjouis des bonnes récoltes de la première saison culturale, de la libération des prisonniers    grâce à la mesure présidentielle. Cependant  ils n’ont pas manqué d’exprimer leurs préoccupations au  vue d’un certain climat de malaise suscité par des contributions multiples en vue des élections,  des  pluies torrentielles qui  continuent de détruire champs et  maisons,  de l’afflux massif des réfugiés en provenance de l’Est  de la RDC  et du  non respect  de la convention scolaire Eglise-Etat.

3.    Les Evêques ont ensuite analysé le rapport de la Commission  par eux mise en place pour porter à terme  la correction du texte du Directoire pour la formation des prêtres au Burundi, afin de l’apprêter à être envoyé au Saint Siège pour la « recognitio ». Après quelques remarques,  les Evêques ont décidé que le texte relu et corrigé soit envoyé à chacun d’entre eux et que d’ici la fin du mois d’avril, il ait transmis les dernières observations qu’il estimerait encore nécessaire au Président de la Commission épiscopale pour les Séminaires et les Noviciats.
4.    Les Evêques ont été largement informé  de l’origine, de la mission et du travail réalisé par la Commission chargée de la traduction du Missel Romain en Kirundi amélioré. Ils ont beaucoup apprécié le travail  accompli et ont décidé d’organiser prochainement un atelier afin de finaliser le travail pour qu’il soit envoyé ensuite au Siège Apostolique pour la « confirmatio ».

5.    Au cours de la même session, ils se sont penchés également sur les bilans financiers du SEB  et de GEMECA.
Ils ont enfin clôturé leur réunion en se souhaitant mutuellement une fervente célébration de la Semaine Sainte et des fêtes pascales qui vont suivre.

 

    Fait à Gitega ce 22 mars 2018
                                               
                    +Joachim NTAHONDEREYE
                     Evêque de Muyinga et Président de la CECAB

 Télécharger le Communiqué.

 

 

Itangazo ry’Ibiro Bikuru vy’Inama y’Abepiskopi Gatolika b’I Burundi rimenyesha umusi udasanzwe w’ugusenga n’ukwisonzesha kugira turonke amahoro

Ibiro Bikuru vy’Inama y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi, vyashikirije itangazo ritumirira abakristu  bose kwitabira akamo  Nyenubweranda Papa Fransisiko yateye ku wa 4 Ruhuhuma 2018, yamenyesha ko ku musi wa gatanu w’indwi ya mbere y’Ikarema, igenekerezo rya 23 Ruhuhuma 2018, uzoba ari “Umusi udasanzwe w’ugusenga n’ukwisonzesha kugira turonke amahoro”. Kuri uyo musi Papa yasavye  ko twosabira ibihugu vya Repubulika iharanira Demokrasi ya Kongo na Sudani y’Epfo.
Papa yavuze ati: “Twihweje amabi atagira izina afatiye ku matati ari mu mihingo itandukanye yo kw’isi, ndatumiriye abakristu ku musi udasanzwe w’ugusenga  n’ukwisonzesha kugira turonke amahoro, ku wa gatanu w’indwi ya mbere y’Ikarema, igenekerezo rya 23 Ruhuhuma 2018.  Ako kamo agatera n’abandi bavukanyi batari abakatolika kwifatanya natwe muri ako kigoro mu buryo bo nyene babona bubabangukiye, kugira ngo tube hamwe twese. Papa atubwira ati:  “Mana Data  wo mw’ijuru, arumviriza amaborogo y’abana biwe bamuborogera  mu bubabare bafise no mu maganya barimwo, “ Ni we akiza abo umutima wavunitse, agakanda ububabare bwabo” (Izaburi 147,3).
Hambavu y’ugutumirira abantu gusenga n’ukwisonzesha, Umuvyeyi wacu Papa aratumirira umwumwe wese gukora igikorwa kiboneka, maze umwe wese yibaze ati: “ Mbega nokora iki jewe nyene kugira ngo habe amahoro?”. Aheraheza ako kamo avuga ati: “Ego niko turashobora gusenga, ariko ivyo ntibihagije. Umwe wese yoheza mu buryo buboneka akiyamiriza ico cose gihohotera abandi kimuvuyeko.  Kuko inzinzi ibonetse habanje kuba ihohoterwa ry’abandi ni instinzi y’uruhendo,  mu gihe ukurondera amahoro na vyo bigirira ineza bose”.
Kubera ivyo rero, Ibiro Bikuru vy’Inama y’Abepiskopi Gatolika b’i Burundi bitumirira abakristu bose bo mumadiyoseze yose, mu maparuwase, mu mibano  y’abihebeyimana, mu mibano mitomito, mu mihari y’ubutumwa, no ku ruhande rw’umwumwe wese,  kwifatanya  na Ekleziya ikwiye kw’isi yose,  kugira ngo  duhereze ibisabisho Imana kuri uyo musi, twongere twisonzeshe  , tugire   n’utwigoro tuboneka kugira ngo  tusabire amahoro  ivyo bihugu vya Repubulika iharanira Demokrasi ya Kongo na Sudani y’Epfo, ariko kandi  dusabira n’igihugu cacu c’Uburundi kugira haboneke amahoro arama.
Iryo tangazo ryashikirijwe kuri Radio Maria Burundi, kuri uno musi igenekerezo rya 21 Ruhuhuma 2018. 

Cliquer ici pour retrouver ce communiqué.

Communiqué du Comité Permanent de l’ACEAC

aceac comite permanent

Les Evêques membres du Comité Permanent de l’Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale (ACEAC), ont tenu leur réunion statutaire du 09 au 13 janvier 2018 au Grand Séminaire Saint Jean-Paul II de Gitega au Burundi.
A l’ordre du jour figuraient les échanges sur la situation socio-pastorale des trois pays de l’ACEAC : Burundi, RD Congo et Rwanda ; l’appropriation de la déclaration de Dakar sur le rôle des Evêques dans l’organisation du service de la charité en Afrique et la restructuration du Dicastère pour le service du Développement Humain Intégral ; l’attention aux problèmes des migrations et des réfugiés ; l’intégration de l’enseignement social de l’Eglise  dans la formation sacerdotale et  religieuse ; l’état des lieux sur le lancement des programmes de l’Institut Supérieur de  Paix et de Réconciliation (ISPR).
 La journée du 12 janvier a été consacrée à la visite du Camp des réfugiés congolais de Bwagiriza à Ruyigi.

A l’issue de la réunion, un communiqué qui sanctionne les activités a été publié. Pour lire ce communiqué, cliquer ici.

Communiqué de clôture de l’Assemblée Plénière Ordinaire de la CECAB du mois de décembre 2017

Les Evêques membres de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi ont tenu leur session ordinaire  au Grand Séminaire interdiocésain Saint Jean-Paul II de Gitega, du 05 au 08 décembre 2017.  A la fin de leur Assemblée, le Président de la Conférence, S.E. Mgr Joachim Ntahondereye, a publié un communiqué qui retrace les grands points qui ont retenu l’attention des Evêques.

Le communiqué précise d’abord  les points relevés à travers les échanges sur l’actualité ecclésiale et sociopolitique. Les Evêques ont apprécié le soin avec lequel les fidèles chrétiens se sont préparés à la Solennité de Christ Roi de l’Univers. Ils se sont informés mutuellement sur la façon dont ils ont ouvert l’année pastorale dans leurs Diocèses respectifs et se sont réjouis du fait que, le jour de Christ Roi,  l’Evêque de Ngozi a publié les Actes du Premier Synode diocésain de Ngozi. Ils ont saisi l’occasion pour l’en féliciter. En fait, les Diocèses du Burundi, à l’exception du Diocèse de Rutana, ont organisé des synodes diocésains, il y a quelques années. Il reste l’étape finale qui est la publication des Actes, et le Diocèse de Ngozi est le premier à franchir cette étape.  
Un autre point que les Evêques ont apprécié est la célébration en date du 19 novembre 2017 de la journée mondiale  des pauvres récemment instaurée par le Pape François. Ils ont noté avec satisfaction que cette journée a été une occasion propice de prière et de gestes concrets de solidarité à l’endroit des plus démunis.

Les Evêques ont déploré qu’une forte  disette sévit un peu partout dans le pays, suite à une alternance malheureuse de sécheresse prolongée et de pluies torrentielles accompagnées de surcroît par des vents violents et de la grêle.

Selon le même communiqué, les Evêques n’ont pas manqué de tourner leur regard vers Arusha où se poursuivaient encore les pourparlers entre les politiciens burundais à la recherche d’une entente pour sortir de la crise qui les a dispersés. Ce faisant, poursuit le communiqué, les Evêques ont partagé l’espoir que cette entente puisse être effectivement atteinte mais, sortis de leur réunion, ils ont malheureusement appris qu’il n’en avait pas été ainsi.
Le communiqué indique ensuite les principaux sujets qui étaient inscrits à l’ordre du jour à savoir la poursuite de l’analyse du projet d’un Directoire national pour la formation des séminaristes et des prêtres, un travail qui avait été commencé mais qui exige l’intégration des nouveautés introduites par la nouvelle Ratio Fundamentalis Institutionis Sacerdotalis publiée le 8 décembre 2016 par la Congrégation pour le Clergé ainsi que l’examen des bilans financiers des quatre Grands Séminaires interdiocésains du Burundi.

Le projet de la création d’une Université catholique au Burundi est aussi un point sur lequel les Evêques sont revenus. D’après le communiqué, les Evêques sont revenus sur ce sujet pour préciser les étapes à garantir pour faire avancer rapidement sa réalisation.

Télécharger le communiqué en kirundi et en français

Abbé Lambert Niciteretse

Conférence des Evêques Catholiques du Burundi

visite ad limina

cecabmessage

historique

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 8 invités et aucun membre en ligne