Vous êtes ici : HomeVie d'EgliseCommuniquésCommuniqué N° 2 de la CECAB concernant les élections de 2015

Communiqués

Communiqué N° 2 de la CECAB concernant les élections de 2015

C’est dans le dialogue et la concertation qu’on aboutit à des solutions durables, rappellent les Evêques du Burundi dans un 2è Communiqué concernant les élections de 2015 et qui a été publié en date du 12 mai 2015.

En tant que citoyens burundais et en vertu de leur mission de Pasteurs, les Evêques réaffirment leur souci constant d’accompagner le processus électoral par trois voies importantes :

  1. L’enseignement, l’éducation civique et démocratique des fidèles et des autres citoyens
  2. L’envoi des fidèles laïcs dans l’observation des élections
  3. L’envoi des prêtres dans les démembrements de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) au niveau provincial et communal.

Les Evêques regrettent que le parti au pouvoir n’a pas voulu tenir compte de leurs conseils en présentant le Président de la République actuel pour les présidentielles de juin 2015. Or après la présentation de ce candidat aux présidentielles, ceux qui avaient menacé de s’y opposer ouvertement sont descendus dans la rue et malheureusement, les confrontations entre les manifestants et les agents de sécurité causent de fortes perturbations sécuritaires surtout dans la capitale de Bujumbura où la vie socio-économique est quasi paralysée, au moment où à l’intérieur du pays, les gens vivent dans la peur, ce qui provoque l’exil pour certains tandis que les autres ne dorment plus dans leurs maisons. De plus, certaines radios privées ont été partiellement fermées, tandis que d’autres l’ont été complètement. Cette insécurité grandissante a même poussé quelques pays étrangers à demander à leurs ressortissants de quitter le Burundi.

Dans leur message, les Evêques déplorent également le fait que l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle qui valide la 3è candidature du Présidet de la République n’a pas non plus contribué à assainir la situation puisque la décision prise n’est pas convaincante du fait qu’elle n’a pas été prise dans le sens de la vérité qui avait été exprimée par plusieurs à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

A l’état actuel des choses, les Evêques émettent des doutes sur la possibilité de tenir des élections paisibles, justes et inclusives, faites dans la transparence et sans intimidation, et dont les résultats soient crédibles et acceptables pour tous.

C’est pour cette raison que les Evêques demandent avec insistance ce qui suit :

-   que les dirigeants du pays essaient de ramener la sécurité dans la ville de Bujumbura et dans l’ensemble du pays dans le respect des droits des personnes ;

-   que les instances chargées d’organiser les éléctions fassent tout pour reporter à plus tard certaines échéances du calendrier électoral afin de permettre à tous les citoyens burundais de remplir en toute sécurité, leur devoir nécessaire et incontournable ;

-   que tous les citoyens sachent que les élections sont nécessaires et incontournables ; mais qu’elles doivent se passer dans un climat sécuritaire et apaisé pour tous ;

-  que l’autorité chargée des médias reconnaisse le droit légitime des citoyens de donner l’information et d’être informés.

Une fois que ces conseils ne trouvent pas de réponse et que les choses en restent comme elles sont jusqu’au 17 mai, les Evêques déclarent ouvertement de ne plus être à mesure d’accompagner le processus électoral en cours et demandent aux prêtres envoyés dans les démembrements de la CENI de prendre la décision qui s’impose en s’appuyant sur la convention signée entre les Evêques et les responsables de la CENI, laquelle convention prévoit la possibilité de démission au cas où le processus électoral leur semble inacceptable, par manque de vérité, de justice pour tous et de perspectives de réconciliation.

Selon les Evêques, l’Eglise Catholique ne peut pas soutenir ou accompagner un processus électoral qui, visiblement, n’est pas consensuel et où les résultats de celui-ci risquent de diviser les citoyens au lieu de les réconcilier et de les faire progresser sur le chemin de la paix et du développement.

Télécharger le communiqué

Conférence des Evêques Catholiques du Burundi

visite ad limina

cecabmessage

historique

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 60 invités et aucun membre en ligne