Communiqués

Déclaration de la CECAB concernant la contribution pour les élections de 2020

La Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a publié ce mardi 10 avril 2018 une déclaration dans laquelle elle donne sa position en rapport avec la contribution pour les élections de 2020.

Les Evêques commencent par préciser que la grande contribution de l’Eglise pour la nation n’est pas de nature financière, mais elle consiste dans la recherche du salut des âmes, dans l’édification de la paix et la réconciliation ainsi que dans l’aide à ce que toute personne humaine soit respectée dans sa dignité.

Pour ce qui est de la contribution financière demandée à tous y compris les confessions religieuses, les Evêques indiquent qu’il est important que tout le monde sache que n’importe quelle contribution financière demandée à l’Eglise Catholique comme famille, ne peut être demandée qu’au niveau du Diocèse. En effet, l’Eglise Catholique est implantée dans un Diocèse parce que c’est là où se trouve son représentant légal qui est l’Evêque diocésain. Quant à l’Eglise Catholique implantée dans un Diocèse, elle est constituée des paroisses, des communautés religieuses, des œuvres caritatives comme les centres de santé, les écoles, les orphelinats, les maisons des handicapés et des personnes âgées, etc…

S’il faut donner une contribution financière, les Evêques le font comme famille par l’intermédiaire de l’Evêque diocésain. S’il s’agit d’une contribution nationale, les Evêques se concertent ensemble au sein de la Conférence Episcopale et apprécient ce qu’ils pourraient contribuer suivant la spiritualité de communion qui caractérise l’Eglise.   

Ainsi cette contribution au sein de l’Eglise Catholique ne peut être demandée qu’à l’Evêque qui, seul, représente le Diocèse devant la loi. Les Evêques demandent qu’il n’y en ait pas qui vienne la demander à d’autres institutions et œuvres appartenant à l’Eglise Catholique.

Les Evêques expriment également leur inquiétude au sujet de la collecte de la contribution demandée: il y a des gens qui sont malmenés et sont forcés à contribuer deux fois et même trois fois, alors qu’ils ont peu de moyens.

Télécharger la Déclaration en français. L'original est en kirundi.

Abbé Lambert Niciteretse