Vous êtes ici : HomeVie d'EgliseMessagesMessage des Evêques à l’occasion de l’ouverture de l’Année Sainte Extraordinaire de la Miséricorde

Messages

Message des Evêques à l’occasion de l’ouverture de l’Année Sainte Extraordinaire de la Miséricorde

misercode

“Jésus Christ est le visage de la Miséricorde du Père”, tel est le mot d’introduction du message proclamé le 8 décembre 2015 par le Président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi, S.E. Mgr Gervais Banshimiyubusa, à l’occasion de la célébration de l’ouverture du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde de Dieu. La célébration a eu lieu au Sanctuaire Marial de Mugera, dans l’Archidiocèse de Gitega. Etaient présents tous les Evêques, plusieurs prêtres et personnes consacrées etdes milliers de fidèles provenant de tous les 8 diocèses du Burundi. Les cérémonies avaient été rehaussées par le Nonce Apostolique et quelques autorités politiques.

Dans le message de circonstance, le Président de la Conférence fait savoir que l’Année Sainte est là pour nous inviter à contempler “Jésus Christ comme le visage de la Miséricorde du Père” et que les Evêques du Burundi ont choisi de se rassembler ce jour au Sanctuaire Marial pour commencer en même temps que le Saint Père cette Année Sainte, afin de pouvoir savourer les bienfaits de ce Jubilé toute l’année sans en perdre un seul jour.

Le Président de la Conférence a d’abord remercié le Nonce Apostolique au Burundi, S.E. Mgr WojiechZałuski qui, par sa présence, a bien voulu manifester la sollicitude constante du Saint Père pour l’Eglise du Burundi. Il a par la suite rappelé les raisons pour lesquelles le Pape François a voulu que l’inauguration de cette Année Sainte soit faite le 8 décembre, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception. Le Pape a voulu nous inviter à commémorer le Jubile d’or de la clôture du Concile OecuméniqueVatican II qui a eu lieu le 8 décembre 1965. Il a voulu que ce soit une Année Sainte de la Miséricorde car, en effet, le saint Pape Jean XXIII, à l’ouverture dudit Concile, avait souhaité qu’il inaugure une ère nouvelle d’évangélisation qui privilégie le visage miséricordieux de Dieu. Quant au choix de cette fête mariale, poursuit le Président de la Conférence, il s’explique par le fait que l’Immaculée Conception est la première fête de Celle par qui la Miséricorde du Père s’est incarnée dans notre humanité. Elle fut, pour ainsi dire, la porte d’entrée de l’incarnation de la Miséricorde du Père.

Quant aux attentes de ce Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, le Président de la Conférence invite ses collègues les Evêques ainsi que leurs collaborateurs les prêtres à nourrir le peuple de Dieu de l’aliment qu’ils trouveront dans la Bulle MisericordiaeVultus. Il invite aussi les fidèles à se procurer de ce document pour qu’en se nourrissant de cet enseignement, ils progressent dans l’accueil de la Miséricorde de Dieu et deviennent témoins de cette Miséricorde.

Pour que les fidèles puissent vivre comme il faut cette Année Sainte de la Miséricorde de Dieu, une série d’initiatives ont été prévues notamment l’ouverture de la Porte Sainte de la Miséricorde dans tous les diocèses, la méditation et l’accomplissement des œuvres de la miséricorde, spirituelles et corporelles, les pèlerinages vers des églises ou sanctuaires où l’on a ouvert la Porte Sainte de la Miséricorde, le recours au sacrement de la réconciliation, la prière spéciale prévue au cours du Carême et les indulgences. Au niveau du Burundi, la Conférence Episcopale a déjà disponibilisé en Kirundi, la Bulle du Saint Père “MisericordiaeVultus”, la prière du pape François à réciter pendant toute cette Année de la Miséricorde ainsi que l’adaptation en kirundi de l’hymne de l’Année Sainte.

Le Président de la Conférence a enfin montré l’importance de cette Année Sainte pour le Burundi en particulier. En effet, l’Année sainte extraordinaire de la miséricorde vient à point nommé. Elle arrive au moment où il y a une Commission qui recherche la Vérité en vue de la Réconciliation. Elle arrive aussi au moment où l’on cherche à faire un dialogue franc et inclusif entre tous les protagonistes burundais en conflits, ceux qui sont à l’intérieur du pays comme ceux qui sont en exil. Cette Année Sainte arrive en outre au moment où il y a des crimes sans nom qui se commettent dans notre pays, où il y a des gens qui se sont adonnés à la haine, l’exclusion ethnique ou à base des partis politiques; des gens qui persécutent d’autres et même des gens qui n’hésitent plus à verser le sang de leurs frères et soeurs. Dans tout ce contexte, le Président de la Conférence, ensemble avec tous les autres Evêques  adresse encore une fois à tous les Burundais cet appel: « respectons tous les commandements de Dieu qui nous empêchent de commettre le mal et nous demandent de vivre dans l’amour et la paix. Nous supplions les acteurs de premier rang dans cette crise d’être miséricordieux comme Dieu qui a pris l’initiative de nous sauver, pour qu’eux aussi prennent toute initiative apte à aider ce pays à se redresser pour redevenir une nation digne et habitée par des gens qui se respectent mutuellement ».

Télécharger le message en Kirundi ici
Télécharger le message en Français ici

Abbé Lambert Niciteretse

Conférence des Evêques Catholiques du Burundi

visite ad limina

cecabmessage

historique

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 16 invités et aucun membre en ligne