Vous êtes ici : AccueilInstituts de formationLes Grands SéminairesGrand Séminiare St Curé d’Ars de BujumburaNouvelles St Curé d’Ars de BujumburaUne journée pas comme les autres: Célébration de la fête patronale au Grand Séminaire Saint Curé d’Ars de Bujumbura et clôture officielle de l’Année Académique 2018-2019

Nouvelles St Curé d’Ars de Bujumbura

Une journée pas comme les autres: Célébration de la fête patronale au Grand Séminaire Saint Curé d’Ars de Bujumbura et clôture officielle de l’Année Académique 2018-2019

Elle est communément appelée “Fête de la maison” pour les intimes de la communauté et les amis les plus proches, mais elle est aussi une anticipation de la fête de Saint Jean Marie Vianney (le Curé d’Ars). C’était ce samedi 11 Mai 2019 que nous l’avons célébrée dans une ambiance de grande joie et de gratitude.



L’Eucharistie a été présidée par son Excellence Monseigneur Gervais Banshimiyubusa. Dans son mot d’accueil au début de la Messe, Monsieur l’Abbé Recteur a exprimé la joie de toute la communauté à vivre ce moment hautement significatif pour la maison, et n’a pas manqué de remercier non chers hôtes qui nous avaient choisis renonçant à d’autres sollicitations. Partant des textes liturgiques, S.E. Mgr l’Archévêque de Bujumbura a, dans son homélie, rappelé la mission du prêtre d’aujourd’hui et de demain: c’est un guetteur; c’est-à-dire celui qui sait monter sur une montagne pour remarquer le danger de loin et avertir, aviser ceux qui sont dans les marais et les plaines et les collines qu’un danger imminent pend sur leurs hauteurs. Citant la récente lettreapostolique en forme de Motu proprio de Sa Sainteté le Pape François Vos estis lux mundi (“Vous êtes la lumière du monde”), l’Archevêque a exhorté les séminaristes à cheminer dans la vocation de ceux qui sont appelés à être comme une ville qui, au sommet d’un mont ne peut pas se cacher (cfr, Mt 5, 14), un prêtre n’est pas fait pour se cacher, mais pour monter et éclairer ceux qui sont dans la maison. Là où il y a un bon prêtre, a ajouté l’Archévêque, ce lieu devient en effet un sommet très élevé. C’est le cas du petit village d’Ars qui a été connu grâce au Saint curé.

 

 

Au deuxième moment de la fête, nous nous sommes rendus dans la grande salle des spectacles où étaient prévus des chants, des sketchs, des poèmes sur le thème de l’année et sur la culture burundaise qui rythmaient les discours de circonstance. Le premier discours était celui du représentant des étudiants. Il a remercié le Recteur et tous les formateurs pour les efforts fournis tout au long de cette année. Il a dit combien la viecommunautaire, la vie intellectuelle, la vie spirituelle, les relations avec d’autres séminaires (comme dans les rencontres sportives) sont satisfaisantes.

               

Par ailleurs, il a fait remarquer le fait que les infrastructures de notre maison sentent le poids de l’âge et n’a pasoublié de rappeler la nécessité d’augmenter le niveau du connecteur Wi Fi pour faciliter les étudiants dansleurs recherches.

               

Le deuxième discours était de Monsieur l’Abbé Recteur du Grand Séminaire. Il a encoré une fois remercié S.E. Mgr l’Archevêque ainsi que d’autres invités de marque pour leur présence. Sa gratitude aussi à l’endroit de la Conférence épiscopale qui, cette année, a envoyé trois nouveaux formateurs soulignant en même temps un climat de bonne collaboration entre eux. Le Recteur a remercié le Saint Curé d’Ars pour ses multiples intercessions en notre faveur. Malgré la mention debilissimus, ce Saint était animé d’une charité pastorale sans égal qu’il faut chercher à imiter. Une salutation et un remerciement pour les séminaristes qui ont bien pris à coeur le thème de l’année :“Avec le Saint curé d’Ars, sois homme mon fils”.
Etait attendu avec enthousiasme le discours de S.E. Mgr l’Archevêque. Celui-ci a d’abord apprécié le fait que la fête du Saint Curé notre patron a été anticipé pour ce jour. Il a ensuite remercié les formateurs pour leurs prestations dans la formation des séminaristes qui sont le présent et l’avenir de notreEglise, exhortant en même temps ceux-ci à ne rien négliger de la formation qu’ils recoivent au séminaire. Enfin, l’Archevêque a demandé aux étudiants de ne jamais se limiter aux morceaux de vérités qui scandent l’histoire de la philosophie de l’antiquité à nos jours, mais rechercher la Vérité elle-même, qui est le Christ Seigneur ressuscité que nous célébrons en ces jours de Pâques.



La fête a été clôturée par un partage d’un verre avec tous les invités; un moment d’échanges et de joie.
Avec le Saint Curé d’Ars, sois homme monfils”. Que ce thème nous accompagne vers la fin de l’année académique 2018-2019 et nous aide à préparer celle à venir.

Vive le GrandSéminaire Saint Curé d’Ars!

Abbé Fulgence Nshimirimana

Fratri Edouard Irakoze

Conférence des Evêques Catholiques du Burundi

visite ad limina

cecabmessage

historique

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 25 invités et aucun membre en ligne