Vous êtes ici : HomeVie consacréeNouvellesSession de formation pour les Formateurs et Formatrices religieux du Burundi

Nouvelles

Session de formation pour les Formateurs et Formatrices religieux du Burundi

IVC session mars 2017

Une session de formation pour les Formateurs et Formatrices religieux a été organisée par le Bureau National des Maîtres et Maîtresses des Novices en collaboration avec ASUMA-BURUNDI (Assemblée des Supérieurs Majeurs), du 06 au 10 février 2017 au Grand Séminaire Saint Jean-Paul II de Gitega autour du thème : « Ayez les mêmes sentiments que le Christ Jésus pour éduquer  à la liberté et à la responsabilité ». Cette session a été animée par la Révérende Sœur Joséphine TOYI de la Congrégation des Sœurs Bene-Tereziya.

A l’ouverture de la Session, l’animatrice a fait savoir aux participants que la formation est à la fois mystère et ministère. Nous nous mettons, disait-elle, à l’école de Marie pour nous approprier des sentiments du Fils. L’éducateur, tout comme l’ancien  doit se sentir novice, puisque sur la voie de la sainteté, nous sommes toujours commençants. La consécration nous appelle à nous former au jour le jour pour avoir les sentiments du Christ.

En développant le thème de la session, la Sœur Joséphine  a d’abord présenté « les principes de base pour une formation aux sentiments du Fils en temps de changement ». Elle alors exposé cinq modèles de formation en se basant sur l’ouvrage du Père AMADEO CENCINI, « Les sentiments du Fils » (Editions du Carmel, Toulouse 2003) et sur d’autres source. Les cinq modèles de formation sont : le modèle de perfection personnelle par lequel on cherche à tout prix à arriver à la perfection  ; le modèle des observances où l’on commande pour se faire obéir ; le modèle d’auto-réalisation qui consiste à mettre en évidence le moi, les dons personnels ; le modèle d’auto-acceptation par lequel on est toujours prêt à justifier le pourquoi de tel ou tel autre comportement ; le modèle d’intégration dit de « docilitas » qui permet l’ouverture à Dieu et de construire sur le vrai roc. Ce dernier s’avère alors le plus efficace dans la formation car la personne apprend à tout moment, dans toutes les circonstances de la vie.
L’animatrice a ensuite parlé de l’appropriation progressive des sentiments du Fils, partant de l’icône biblique peinte par la lettre de Saint Paul apôtre aux Philippiens (Ph 2,1-11), en montrant que cette hymne christologique nous donne l’image biblique de cette formation fondée sur les sentiments du Fils avec un double objectif, la « sequela Christi » et la mission. En effet, former aux sentiments du Christ, c’est viser la radicalité évangélique.

En évoquant le rôle du formateur (trice), la Sœur Joséphine Toyi  a souligné que ces « médiateurs » dans le domaine de la formation sont eux-mêmes sensés être formés aux sentiments du Fils. Ainsi, ils pourront bien assumer leur rôle qui se base sur trois aspects de base : « éduquer, former et accompagner », lesquels aspects permettent de joindre les dimensions importantes de la personne humaine. Evidemment, elle n’a pas manqué de souligner que c’est l’oeuvre de la Sainte Trinité car, selon son exposé, éduquer est avant tout la mission de Dieu le Père, former étant avant tout la mission du Christ (Fils) et accompagner étant avant tout la mission du Saint Esprit. Toutefois, le rôle de ces médiations dans la formation est indispensable. Dans ce même ordre, l’animatrice de la Session a montré le rôle formateur de la communauté dans son ensemble, dans ce fait que la Communauté a son sens pédagogique dans la formation. Il n’y pas à confondre les rôles. Du moment que la Communauté devient ce lieu théologique où Dieu se manifeste  à travers la charité fraternelle, on y acquiert cette capacité de donation et les membres qui ne sont pas chargés officiellement de la formation, ne manqueront pas à leur contribution surtout à travers leur témoignage de vie.
La Sœur Joséphine Toyi a enfin montré que former aux sentiments du Christ équivaut à la formation à la liberté. En effet, cela vise la formation à un choix libre du don de soi comme le Christ lui-même était animé par le sentiment de générosité, d’abnégation, d’amour et d’abaissement jusqu’à la croix. Ainsi, cette liberté consistera à entrer dans la logique de ce que j’ai choisi. De cette façon, la personne devient « fils dans le Fils », « l’homme nouveau ».

La Session a été clôturée le soir du jeudi 10 février 2017 par une célébration eucharistique, après laquelle on a procédé aux échanges de remerciements : remerciements  à la sœur Joséphine TOYI animatrice de la session, au groupe organisateur de la session, aux responsable du Grand Séminaire Saint Jean-Paul II et à tous les participants. Les participants ont exprimé leur souhait de voir ce genre de session être organisée de nouveau.

 

Pour le Secrétariat du Bureau National des Maîtres et Maîtresses des Novices
Sœur Seconde NDAYIZIGA (Bene-Tereziya)

                                                                                                                   affiche2017

ndongozi

Qui est en ligne?

Nous avons 20 invités et aucun membre en ligne