DIOCESE DE BURURI : ORDINATION EPISCOPALE DE SON EXCELLENCE MONSEIGNEUR SALVATOR NICITERETSE

DIOCESE DE BURURI : ORDINATION EPISCOPALE DE SON EXCELLENCE MONSEIGNEUR SALVATOR NICITERETSE

«Que l’homme soit respecté, que sa vie, sa dignité et son développement intégral soient pour nous tous la priorité des priorités, un souci quotidien». (Mgr Salvator Niciteretse)

 

«Le sabbat est fait pour l’homme» (Marc 2, 27). Telle est la devise de Monseigneur Salvator Niciteretse, le nouvel Evêque du Diocèse de Bururi. Lui qui a été consacré 4ème Evêque résidentiel du diocèse et qui vient succéder à Monseigneur Venant Bacinoni qui avait demandé à être relevé de sa charge il y a déjà cinq ans. Les cérémonies de sacre ont eu lieu samedi 18 avril 2020 au stade de Kabuye près du centre administratif de Bururi.

Tous les Evêques catholiques ont pris part à ces cérémonies à l’exception d’un seul : Mgr Venant Bacinoni qui a été surpris par le confinement consécutif à la pandémie du Covid-19, alors qu’il se trouvait en voyage au nord de l’Italie. 

Son Excellence Mgr Gervais Banshimiyubusa entouré de tous les évêques burundais, aussi bien ceux qui sont en exercice que les émérites, a consacré le nouvel Evêque de Bururi en présence de quelques centaines de prêtres venus de toutes les paroisses du diocèse et de tous les diocèses du Burundi, en présence d’une foule de fidèles exceptionnellement venue nombreuse ce jour, en présence aussi d’une forte représentation de la classe politique et dirigeante du pays.

Une lettre-testament de Monseigneur Venant Bacinoni



Au début des cérémonies, l’assemblée a écouté la lecture d’une lettre que Mgr Bacinoni a écrite à celui qui allait devenir son successeur. Elle a été lue par Monseigneur Leonidas Nitereka son Vicaire General pendant dix ans. Après avoir souhaité la bienvenue à tous ceux qui sont venus, il exprime son profond regret de ne pas prendre part physiquement à la joie du jour. La lettre ressemble à un testament : elle passe en revue les principaux chantiers auxquels l’évêque désormais émérite s’est attelé pendant les douze années qu’il a passé à la tête du diocèse de Bururi : la création d’une douzaine de nouvelles paroisses « auprès desquelles j’ai toujours souhaité l'implantation d’une communauté religieuse », écrit-il, l’accompagnement pastoral des communautés ecclésiales de base, la sensibilisation des fidèles à la pastorale de la lecture de la Bible, la formation continue des catéchistes, la poursuite de la pastorale de la lutte contre la pauvreté et de l’auto-prise en charge des paroisses, etc. Cette lettre passe ensuite à la liste de ce qui restait à faire : publier les décisions du synode diocésain, poursuivre la fondation des paroisses, engager davantage le diocèse dans une action missionnaire plus forte auprès des diocèses des pays plus nécessiteux, accroitre la présence des agents pastoraux dans les structures de l’éducation et dispenser la catéchèse dans tous les paliers de l’enseignement, créer des écoles de formation techniques et professionnelles ainsi qu’une meilleure approche dans la lutte contre la pauvreté dans les familles. Mgr Bacinoni n’a pas oublié de laisser à son successeur une de ses principales préoccupation : « Les prêtres devraient avoir accès à la formation et disposer des moyens pour vivre décemment pour pouvoir faire face aux exigences de leurs besoins propres et ceux de leur mission ».

Le choix du Pape



Les cérémonies d’ordination épiscopales proprement dites ont été ouvertes par la présentation et la lecture de la bulle papale de nomination. En l’absence du Nonce apostolique lui aussi retenu par les mesures de confinement, c’est le secrétaire de la Nonciature Apostolique qui l’a représentée. Dans cette bulle, le pape exprime sa bénédiction apostolique au nouvel évêque : « Cher fils bien aimé Salvator Niciteretse du clergé diocésain de Bururi, qui était jusqu’a présent responsable du Bureau des Evêques en charge de l’apostolat des laïcs au Burundi, qui a été désigné Evêque de Bururi, je te salue et je te bénis ». Sa Sainteté y exprime aussi les qualités exceptionnelles que le saint siège a considérées pour porter son choix sur Monseigneur Salvator Niciteretse : « Depuis que notre cher frère Son Excellence Mgr Venant Bacinoni a atteint l’âge de la retraite, et que toute la famille de l’Eglise de Bururi attend qu’il lui soit accordé un successeur, j’ai pensé à toi cher fils bien aimé. Tu as réalisé un apostolat qui a fait la satisfaction de tous à la commission épiscopale chargée de l’apostolat des laïcs au Burundi ou tu as témoigné de ton amour pour le Christ et pour son Eglise, tu as fait preuve d’intelligence et de sagesse. C’est tout cela qui m’a poussé à penser que tu pourras accomplir cette tâche ».

Les premiers mots de Monseigneur Salvator Niciteretse



Après la célébration eucharistique, Mgr Salvator a pris la parole, ses premiers mots ont été ceux d’une intense action de grâce envers la miséricorde divine ; des mots adressés aussi à toutes les personnes qui le portent dans leurs prières tout en les appelant à soutenir son action de pasteur. Monseigneur Salvator a dit qu’il compte d’une manière particulière sur ses frères dans l’épiscopat du Burundi, ceux des pays voisins et d’ailleurs et pour lesquels il regrette l’absence à son sacre, une absence due aux contraintes liées à la pandémie actuelle. Le jeune Evêque de Bururi, se dit très confiant aussi à l’endroit des autorités administratives qui lui ont apporté du soutien ; un soutien concrétisé entre autre par le ratissage de la route Mahwa-Kwitaba pour faciliter les voyages des invités. Il se dit prêt à collaborer avec tous les hommes de bonne volonté en vue de mener une action solidaire de rassembler tous ceux qui cherchent Dieu, ceux qui veulent le bien de tous, ceux qui croient au pardon, à la réconciliation et à la paix véritable.

« Le Sabbat est fait pour l’homme ».



Monseigneur Salvator parle de son programme : « Je ne viens pas faire ma volonté, dit-il, je viens faire la volonte du Seigneur ». Dieu sera pour moi le pilote de confiance, qui « conduit ses brebis dans de verts pâturages, Lui qui est le Bon Berger qui meurt pour ses brebis, Lui qui cherche la brebis égarée jusqu'à la retrouver, Lui qui pense la brebis blessée, qui prend sur ses épaules celle qui ne sait pas marcher ». Le programme de Monseigneur Salvator est foncièrement un plaidoyer en faveur de l’homme. L’homme, dit-il, est la première et principale voie que le diocèse de Bururi a choisie, car il est le choix de Jésus et il est la voie qu’il a laissée a tous ceux qui croient en Lui. Il interpelle tous les acteurs, ceux qui ont des responsabilités, ceux qui dirigent les organisations politiques ou associatives, ceux qui aiment et qui servent le Seigneur à unir leurs forces, afin que l’homme soit respecté, que sa vie, sa dignité et son développement intégral soient pour nous tous la priorité des priorités, un souci quotidien.

« Priez pour moi » !



La suite du programme de Monseigneur Salvator Niciteretse est exprimée sous forme de prière adressée à tous. Il sollicite la prière de tous pour qu’il puisse venir à bout de son programme. Priez pour moi ! disait-il à plusieurs reprises. « Pour que je puisse constamment marcher sur les pas du « Bon Berger qui meurt pour ses brebis, pour que j’aie la sagesse de chercher et de savoir ce dont souffrent les brebis, pour que je puisse les aimer, les servir, les conduire là ou l’herbe est verte et tendre, priez pour moi ! Pour que je puisse aimer le Seigneur et son Eglise, pour que je reste auprès de mes grands frères les évêques, pour que je reste tout près des prêtres, tout près des personnes consacrées, et tout près des laïcs de l’action catholique, priez pour moi ! Pour que je puisse aimer ceux qui sont à la tête de notre pays, pour que je puisse aimer tout un chacun, pour que je puisse vous aimer vous tous, pour que je puisse avoir de la place pour chacun dans mon cœur, priez pour moi ! Pour que je n’aie pas peur en face des renards qui cherchent à dévorer ou à disperser le troupeau dont j’ai la charge. Qui sont ces renards ? Les renards sont tous ceux qui prêchent l’exclusion, la division, la haine, et la vengeance. Ce sont ceux qui marchent dans l’injustice, ceux qui refusent de se réconcilier et de pardonner…Priez pour moi » !

Qui est Monseigneur Salvator Niociteretse ?



Celui qui devient le quatrième Evêque du Diocèse de Bururi, est né en 1958 à Rutwenzi de la commune Burambi en province de Rumonge, aujourd’hui une succursale de la paroisse de Minago. Ses parents - qui ne sont plus - s’appelaient Charles Karabaye et Isabelle Ntamvange. Après les petit et moyen séminaires de Kanyonsha et de Burasira, le jeune Niciteretse est entré au Grand séminaire en 1982 et a été ordonné prêtre le 09 juillet 1989 à Minago. Après une année passée à Murago comme vicaire, l’Abbé Salvator est devenu curé de la même paroisse jusqu’en 1993. A partir de cette année, il est devenu curé de la paroisse Cathédrale de Bururi jusqu’en 1998, année où il a été envoyé à Rome pour poursuivre sa formation théologique. Il est rentré en 2003 porteur d’un doctorat en Doctrine Sociale de l’Eglise délivré par l’Université Pontificale du Latran. Monseigneur Salvator est depuis cette année Secrétaire de la Commission Episcopale pour l’Apostolat des Laïcs (CEAL) et professeur aux Grands séminaires de Gitega et de Kiryama. Monseigneur Salvator a depuis sa jeunesse manifesté son attachement à l’apostolat des laïcs. Il a assumé de multiples responsabilités dans ce domaine aussi bien au niveau diocésain, national qu’international. Il connait très bien les routes de son diocèse ; celles du Burundi et il n’est pas non plus effrayé par celles du reste du monde.

Monseigneur Salvator un Homme de Dieu, un homme de l’homme.

Monseigneur Salvator Niciteretse hérite d’un grand diocèse aussi bien géographiquement que pastoralement. Beaucoup de chantiers lui ont été laissés par son prédécesseur, et lui-même saura sans aucun doute en initier plusieurs autres. Tous ceux qui ont pris la parole pour le féliciter se sont dits confiants en lui, en son infatigable zèle apostolique, et en ses inépuisables énergies pastorales… Le nouvel Evêque de Bururi en a donné de multiples preuves dans les responsabilités qu’il a assumées comme vicaire, comme curé de paroisse, comme l’homme de Dieu qui a toujours été aux côtés des organisations chrétiennes de laïcs et finalement aussi comme l’homme de « l’homme ».

Zénon Nzeyimana