JOURNEE DE MEMOIRE DES JEUNES MARTYRS DE LA FRATERNITE DE BUTA

JOURNEE DE MEMOIRE DES JEUNES MARTYRS DE LA FRATERNITE DE BUTA

«En ce jour qui marque le 23ème anniversaire du drame où nos enfants ont été massacrés, nous sommes rassemblés pour rendre grâce à Dieu qui nous avait donné ces enfants qui sont héroïquement morts au nom de la fraternité… ». (S.E. Mgr Salvator NICITERETSE)

Le diocèse de Bururi a organisé samedi 03 mai une célébration solennelle en mémoire des 40 jeunes martyrs de la fraternité du Séminaire de Buta. Les cérémonies de cet émouvant rendez-vous étaient présidées par Son Excellence Mgr Salvator Niciteretse, Evêque de Bururi tout récemment ordonné à cette dignité ecclésiastique. Il était entouré de quelques dizaines de prêtres et de personnes consacrées œuvrant non loin de Buta. Les cérémonies ont eu lieu au Sanctuaire dit des Martyrs de la Fraternité, un mémorial qui a été érigé à l’endroit où ces quarante jeunes séminaristes reposent après avoir été massacrés à l’aube du 30 avril 1997.

Et Comme d’habitude, les pèlerins pour la plupart des jeunes étaient venus des paroisses voisines : Bururi, Munini, Kiryama, Kaganza, Rumeza, Rutovu et surtout des établissements scolaires des environs. Ils étaient venus aussi des plusieurs coins du pays, notamment les parents et amis des victimes de la tragédie et quelques rescapés du massacre. Signalons aussi que cette célébration a vu la participation de certaines autorités et cadres de l’administration, des forces de défenses et de sécurité de la région et des amis du sanctuaire.

Un rendez vous d’action de grâces

Après avoir déposé une gerbe de fleur en mémoire de ces jeunes martyrs, Monseigneur l’évêque a introduit les pèlerins dans l’intention du jour. « En ce jour qui marque le 23ème anniversaire du drame où nos enfants ont été massacrés, nous sommes rassemblés pour rendre grâce à Dieu qui nous avait donné ces enfants qui sont héroïquement morts au nom de la fraternité. Nous faisons mémoire de ce jour où nos enfants ont opposé un refus héroïque à ceux qui leur intimaient l’ordre de se diviser selon leurs ethnies. Nous sommes rassemblés pour exprimer une action de grâce à Dieu pour son Fils Jésus, Lui qui a souffert, qui est mort, qui est ressuscité et qui a donné la vie éternelle à tous ceux qui croient en lui ; nos quarante martyrs sont parmi ceux qui ont accepté de marcher dans ses pas. Nous rendons grâce à Dieu aujourd’hui aussi parce que l’Eglise a entrepris les démarches de béatification des martyrs de Buta que nous célébrons aujourd’hui, et pour lesquelles je vous invite à prier sans cesse ».



Monseigneur Salvator Niciteretse s’est déclaré convaincu que “Ce ne sont pas ceux qui ont tué nos enfants qui vont sauver le monde - et que - ce n’est pas non plus pour eux que nous sommes rassemblés, nous sommes réunis pour célébrer ceux qui ont héroïquement fait le choix de mourir pour la cause de la fraternité au nom de leur foi en Jésus Christ ».

Un message particulier pour les jeunes

Un message particulier a été adressé par l’Evêque du diocèse de Bururi aux jeunes : “ J’interpelle particulièrement vous les jeunes qui êtes venus nombreux, vous qui avez encore du sang chaud dans les veines, du sang encore facile à enflammer, de ne pas vous laisser emporter par les idéologies de la division et de la violence, je vous appelle tous à vous mettre à la suite de Jésus pour chercher la paix et le bien pour tous, et que personne parmi vous ne soit emporté par la fièvre des élections prochaines pour se faire enrôler à l’école de la destruction de la paix ».

Un nuage de l’Esprit Saint

A travers le témoignage du Recteur du Sanctuaire le révérend Savin Sabiraguha, le passé et l’avenir du Sanctuaire se dessinent et se croisent. Vingt trois années se sont écoulées depuis le jour où très tôt avant la levée du jour du 30 avril, une attaque est survenue à l’ endroit où dormaient les élèves du Séminaire. Quarante parmi eux ont été sauvagement massacrés. Un nuage d’obscurité s’était abattu sur Buta qui pourtant jusque là ressemblait à une oasis de paix et de concorde. Mais en même temps selon l’Abbé Savin, un autre nuage de lumière de l’Esprit Saint est descendu du ciel comme un secours pour être répandu sur les séminaristes. Ils se sont regardés chacun dans le visage de son prochain et ils ont realisé une fois de plus qu’ils portaient tous le même visage que leur Saint Sauveur Jésus mort et ressuscité. Et depuis, ils ont refusé d’obtempérer aux ordres sataniques qui leur étaient donné par leurs bourreaux, des ordres qui les intimaient de se mettre en rangs selon leurs appartenances ethniques.

Vers le jubilé d’argent

Le Recteur du Sanctuaire a fait une lecture spirituelle des événements du 30 avril 1997: les jeunes séminaristes étaient au nombre de quarante, et nous étions dans les quarante jours des solennités pascales. Il estime que les vingt trois années passées après le drame ont été des années de résurrection: là où le sang a coulé, nous continuons à nous rassembler pour dire à Dieu notre refus de la division et notre ferme détermination en faveur de l’unité, de la réconciliation et de la paix. Pour cela, un signe vient de nous être donné: l’Eglise universelle a apporté sa bénédiction à nos prières, depuis quelques mois elle a entrepris les travaux d’enquête préliminaire qui devraient si tout va bien aboutir à la béatification de nos jeunes martyrs de la fraternité. Une minute de silence a été observée par les pèlerins à la mémoire de Père Tomé des Missionnaires Xavériens ; il est décédé le mois dernier, martyr lui aussi de la pandémie du Covid-19 ; il était chargé du dossier de béatification. A ce sujet, Monseigneur Salvator Niciteretse a rassuré les pèlerins et tous ceux qui prient depuis des années pour l’aboutissement de cette heureuse initiative, « Hier j’ai reçu (a-t-il dit à l’assemble) un message du Saint Siège qui m’a assuré que les travaux d’enquête vont être poursuivi ».



Un nouveau pas en avant

Un nouveau pas a été franchi au Sanctuaire des Martyrs de la Fraternité. En marge des cérémonies du jour, une sacristie attenante à la chapelle a été bénie par Monseigneur l’évêque. Elle a été construite avec les mains, les prières et les multiples générosités des amis du Sanctuaire, jeunes et moins jeunes parfois avec des moyens provenant davantage des cœurs que des fortunes. En tous cas pour l’avenir du Sanctuaire, le ton est à l’optimisme ; selon l’Abbé Savin Sabiraguha, dans deux ans – a-t-il dit – nous fêterons le jubilé d’argent en l’honneur de nos jeunes héros de la fraternité, et d’ici là, il espère que le Sanctuaire aura amélioré ses infrastructures d’accueil des pèlerins. Et pour cela, si nous devons continuer à compter sur la générosité de tous et sur l’appui du diocèse, « Nous devons compter essentiellement sur la prière d’intercession que les héros du 30 avril 1997 ne cessent d’adresser à Jésus ».

Qu’ils reposent en paix !



Zénon Nzeyimana