CECAB : Vers une redynamisation des Commissions Épiscopales

Ce cadre stratégique est un outil pastoral important qui renforce la collégialité, la synodalité et la coresponsabilité entre les diocèses d’une même province ecclésiastique, d’une part, et de tous les diocèses du Burundi ente eux, d’autre part. Il est une expression particulière de la communion affective et effective de l’épiscopat du Burundi.


          Le Secrétaire Adjoint de la CECAB avec le nouveau coordinateur des programmes de la CECAB

Il s’est tenu au Grand Séminaire Saint Jean-Paul II de Gitega du 6 au 8 février un atelier en faveur des quarante-cinq membres des Commissions Episcopales et des Services interdiocésains de la Conférence des Évêques Catholique du Burundi (CECAB) sous la direction du Secrétariat Général de la Conférence. Cet atelier avait pour objectif l’appropriation et la compréhension commune du cadre stratégique 2018-2022 par les membres des commissions.

Des commissions recomposées

Les commissions de la CECAB sont lentes, tâtonnantes voire inexistantes. Pourtant ce sont des bureaux d’étude et de réflexion d’une pastorale déterminée, dans le cadre de la pastorale d’ensemble définie par la CECAB. Le Secrétariat de la Conférence a ressenti le besoin de les booster. Il a fallu un nouvel organigramme de la CECAB permettant une collaboration plus fluide. Il sera nécessaire de procéder à la révision des Statuts d’une Commission épiscopale pour qu’il y ait un nouvel élan, plus de dynamisme et d’efficacité. Dans le nouvel organigramme, certaines commissions reçoivent une nouvelle dénomination et on a onze commissions au lieu de douze. Neuf des onze commissions avaient été représentées, chacune par cinq membres. Il s’agit des commissions chargées de la doctrine, de la liturgie et des sacrements ; de la pastorale et de la catéchèse ; de l’éducation catholique ; des vocations, Séminaires et Noviciats ; du développement humain intégral ; des moyens de communication sociale ; des missions ; des laïcs, la famille et la vie ; du clergé et des instituts de vie consacrée.

 

 Étape indispensable et cruciale : le premier cadre stratégique de la CECAB

Au bout d’une période de six ans de travail, la CECAB s’est dotée, pour la première fois, d’un instrument managérial d’importance capitale, un cadre stratégique. Le secrétariat général de la CECAB a présenté ce document qui détaille, en les motivant, les axes stratégiques de la pastorale de l’Église du Burundi. La CECAB a pour mission de mener, par les formes et des moyens d’apostolat adaptés, une action pastorale concertée, portant sur les questions d’intérêt commun pour le plus grand bien de l’Église communion et famille de Dieu. La Conférence des Évêques veut construire une Église famille de Dieu profondément évangélisée pour une société burundaise unie, réconciliée en Jésus Christ et prospère. Pour y arriver, ce cadre stratégique se ficelle autour de cinq axes principaux à savoir le renforcement de la structure de la CECAB, l’évangélisation en profondeur, la paix et la réconciliation, le leadership et la gouvernance, ainsi que la solidarité et le développement intégral. Chaque commission trouve en cet instrument un canevas pour planifier ses activités. C’est la nouvelle ligne pastorale de l’Église catholique du Burundi.


         Membres des Commissions Épiscopales de la CECAB/Grand Séminaire St Jean-Paul II

À l’école des notions de planification stratégique et de rapportage

La redynamisation des commissions de la CECAB suppose des compétences préalables. Le nouveau chargé des programmes a dispensé une formation aux membres des commissions épiscopales et les services interdiocésains sur les notions de base en matière d’élaboration des plans stratégiques. L’Église du Burundi va ainsi travailler sous un unique cadre stratégique que les commissions s’approprient et convertissent en plan opérationnel en terme de programmes. Les commissions, structurées, guidées par un cadre stratégique et un plan opérationnel global, vont se doter d’une théorie du changement en terme de feuille de route pour réaliser les objectifs de l’Église du Burundi.
Redynamiser les commissions épiscopales c’est aussi doter les membres des compétences en matière d’élaboration des rapports. Les participants sont rentrés avec un modèle de rapport qui désormais sera utilisé pour assurer le fil informationnel avec le service central. Avec ces éléments, chaque commission peut tenter de structurer ses activités.  

Du concret : une ébauche de planification des activités par commissions

L’appropriation du cadre logique de la Conférence Épiscopale de l’Église Catholique du Burundi s’est concrétisée à travers une analyse individualisée de la mission confiée à chaque commission. L’on aura noté que de nouvelles commissions sont nées de la fusion de celles existantes, selon la nouvelle restructuration de la curie romaine. Ils s’agit, d’une part, des commissions justice et paix et affaires économiques et sociales devenues commission épiscopale pour le service du développement humain intégral. D’autre part, ce sont les commissions pour les laïcs et pour la famille fondues en commission épiscopale pour les laïcs, la famille et la vie. Les membres de ces dernières ont souligné le besoin de voir leurs nouvelles missions et structures précisées par l’autorité compétente.

Vous saurez que les différentes commissions se réuniront prochainement pour produire une planification stratégique propre découlant du plan opérationnel global.

                                                                                                                                                              Abbé Dieudonné NIYIBIZI