La personne consacrée, témoin et instrument de la miséricorde divine

internov5Du Lundi 04  au Samedi 9 Avril 2016 s’est tenue au Grand Séminaire Saint Jean-Paul II de Gitega, une Session nationale de formation pour l'Internoviciat du Burundi autour du thème, “La personne consacrée, témoin et instrument de la miséricorde divine”. C’est Abbé Audace NDAYISHIMIYE, Professeur et Educateur au Grand Séminaire Saint Charles Lwanga de Kryama qui était l’Animateur de la Session.

La session s’est ouverte par une Messe présidée par le Père Hermenegilde COYITUNGIYE(Pères de Schoenstatt), Président du Bureau National des Maîtres et Maîtresses des Novices au Burundi, en présence de Monsieur l’Abbé Edouard Kirombo, qui a représenté le Recteur du Grand Séminaire Saint Jean Paul II et qui a accueilli les participants dans les enceintes du Grand Séminaire. De façon providentielle, l’ouverture de cette Session a coïncidé avec la Solennité de l’Annonciation.

Le soir de ce lundi était prévue la présentation des participants. Ont répondu au rendez-vous 177 participants dont 151 Novices et 25 Formateurs (formatrices) provenant de 25 Instituts de vie Consacrée oeuvrant au Burundi, ainsi que le Prédicateur de la Session lui-même.

Ainsi dans la présentation, c’était une occasion de partager ce qui fait le fondement de nos Instituts: la vie du fondateur, le charisme, la spiritualité, l’adresse de chaque maison de formation. Cela avait comme but la connaissance entre nous membres d’instituts différents et cela nous a  porté à comprendre que chacun(e) d’entre nous est choisi (e) par Dieu en vue d’une mission déterminée au sein de l’Eglise.

De Mardi à Jeudi, le thème de la session a été exploité en long et en large par l’Abbé Audace Ndayishimiye à la satisfaction grande satisfaction des participants. En effet, structure du contenu de la Session telle que présenté par le prédicateur a permis  à tous de suivre le développement et la profondeur du thème sur la miséricorde divine. Ainsi avait-il annoncé les sous-thèmes pour permettre de bien suivre ce qu’il nous a livré:

1. La dignité et la misère de l’homme en général (Rm 7,14-25a)

2. La personne consacrée: sa vocation et sa misère (Rm 12,1-fin; Mt 18, 1-35)

3. L’histoire du salut comme histoire de miséricorde (Ep. 3,14-21)

4. La miséricorde de Dieu envers la personne consacrée  

a) La beauté de la vie consacrée (Ibanga ry’ukwiheber’Imana rirahimbaye!)

b) Les exigences de la vie consacrée (Ibanga ribangirwa ingata!)

5. La grâce de recevoir et de donner le pardon des offenses (Mt 18, 23-35) a) Recevoir le pardon, ou mieux, accueillir le pardon déjà donné b) Donner le pardon dans la force du Saint-Esprit à la lumière du pardon reçu

6. La personne consacrée, instrument de la miséricorde divine sous toutes ses formes (Mt 25; 1 P     4,10-11; 1 Co 12, 4-11).

a) Les oeuvres de miséricorde corporelles et spirituelles (MV 15)

b) Différence entre dons et charismes

c) Diversité et unité des charismes   

- Chaque charisme est nécessaire et c’est un don pour l’Eglise entière        

- Chaque charisme est un aspect de la grâce multiforme de Dieu        

- Le charisme le plus beau est celui que chacun a reçu

d) L’esprit avec lequel exercer un charisme: Avec joie, avec foi, pour la gloire de Dieu et le salut du   monde.

Le prédicateur n’a pas manqué de souligner l’importance et le rôle de la Sainte Vierge marie dans la vie des Consacrés, elle en tant que Mère de Miséricorde La Session a été caractérisé par le dynamisme des travaux en groupe, avec des questions à traiter pour approfondir le contenu du thème, en jetant le regard sur ce qui concerne la vie consacrée en général, les échecs, les réussites des consacrés et un comportement à adopter devant les différentes situations auxquelles on se heurte.

L’écho des participants pendant l’évaluation a montré que le thème était bien choisi. En effet, on a constaté que la beauté de la vie consacrée ne réside pas en la force même des Consacrés qui éprouvent comme leurs frères et soeurs leur propre misère et d’ailleurs s’étonnent que Dieu leur confie une mission. Mais plutôt, cette beauté vient de la bonté miséricordieuse de Dieu qui offre la vie consacrée comme un don à l’Eglise. Ainsi, malgré sa misère, la personne consacrée se rend compte de sa dignité qui ne provient que de cette miséricorde qui nous est faite en Jésus Christ, le Visage Miséricordieux du Père, dans l’Esprit Saint.

Le jour du vendredi a été marqué par un moment de récollection qui a permis de déguster ce que l’Esprit Saint avait offert pendant tous ces enseignements. La récollection qui avait un caractère récapitulatif et concret a été annoncé avec pour thème: “La grâce du repentir pour repartir pardonné” (voir Lc 18,9-14). Le prédicateur nous a donné de méditer sur:

1. La laideur du péché

2. L’infinie miséricorde de Dieu: le nom de Dieu est miséricorde

3. La Nécessité du repentir pour la réception efficace de l’absolution (cf. Marthe Robin)

4. Le fait de demander et recevoir la grâce du repentir en contemplant la passion du Christ

a) La croix du Christ, expression de son amour infini

b) Le Christ ne souffre pas DE quelque chose mais POUR quelque chose

c) Le miracle de transformer la chose la plus inutile en instrument de rédemption Une nouvelle chance/impulsion pour repartir.

Les récréations de chaque soir étaient un moment de manifester les talents et la joie de tous les participants. On pouvait constater que les novices sont des signes visibles d’un avenir meilleur pour l’Eglise du Burundi.

La célébration de la clôture de la Session a été exceptionnelle. En effet, l’Eucharistie de clôture a été présidée par son Excellence Monseigneur Simon NTAMWANA, Archevêque de Gitega, en présence de son Excellence Monseigneur Bonaventure NAHIMANA, Evêque du Diocèse de Rutana et Président de la Commission Episcopale chargée des Noviciats et des Séminaires. Leur présence était un signe visible de la bienveillance miséricordieuse de Dieu. Le Père Zénon, Supérieur Général de la Communauté des Apôtres du Bon Pasteur et de la Reine du Cénacle et membre du Comité Directeur de l’ASUMA était aussi un des concélébrants et il n’a pas manqué de donner une parole d’encouragement à la lumière du thème du jour.

La joie de cette soirée a été prolongée par le repas festif après lequel  des dances, des chants, des sketches, présentés par les novices de chaque Institut ont agrémenté cette veillée.  Au milieu de ces présentations, Monseigneur Bonaventure s’est adressé à l’auditoire comme un Pasteur, en rappelant avec insistance l’importance du silence et de la générosité dans la vie de la personne consacrée. C’est dans le silence en effet que nous pouvons savoir écouter le Père plein de miséricorde et pour la personne consacrée, la générosité la pousse à imiter le Dieu de miséricorde.

La session pour l'Internoviciat de l’an 2016 a laissé des traces inoubliables dans le coeur de tous les participants: La profondeur du thème de la Session et la manière dont il a été abordé par le prédicateur, amitiés nouées entre les membres des différent Instituts, enrichissement mutuel à travers l’échange sur nos charismes et nos spiritualités,  l’ouverture  à l’autre, etc.

A la fin de la session, le souhait était que ce genre de sessions soit organisé même après la profession religieuse, selon la demande des Novices pendant le moment de l’Evaluation.

Soeur Seconde NDAYIZIGA

Maîtresse des Novices des Soeurs Bene Tereziya

et Secrétaire du Bureau National des Maîtres et Maîtresses des Novices