Vous êtes ici : AccueilMessages

Messages



Amahoro ni yo nzira y'umwizero: kuja inama n'ingingo, gusubiza hamwe n'uguhinduka mu vyerekeye ibijanye n'ibidukikije 


1. Amahoro ni yo nzira y’umwizero mu gihe c’imitego n’amagume

Amahoro ni itunga ntagereranywa, ni ryo mwizero abantu bose bahahamiye. Kwipfuza amahoro ni ingendo ya buri muntu ituma umuntu ayamanira igisharara mu buzima ; ni na co gituma ibihe bigoye ducamwo dushobora « kubibamwo, tukavyakira mu gihe tubona ico bishobora kudushikanako kandi tukabona ko bishobora kwizigirwa, maze iryo hangiro rikaba ari irifashe ku buryo umuntu ashobora kwemanga ingoga zishigwa muri urwo rugendo » [1]. Muri ubwo buryo, ukwizera ni yo ngeso nziza iduhagurutsa tugafata inzira, ikaduha umwete wo kubandanya dutera imbere naho imitego yoba imeze nk’uko ari ntarengwa.

Umuryango wacu w’abantu utwaye mu bwenge no mu mubiri ibimenyetso vy’ingwano n’amatati vyagiye birakurikirana bigakomeza ububasha bwo gusambura, na vyo bikaba biguma bigeramiye cane cane aboro ba rwose na ba magara make. Kubera iyo mvo, ibihugu bitari bike birazingamitswe n’ukudashobora kwigobotora imizana y’ugusahurwa ivyabo hamwe n’igiturire, ivyo na vyo bikaba bivyara urwanko n’ingimba. No muri ibi bihe, abagabo n’abagore batari bake, abana n’abageze mu za bukuru babona agateka kabo katubahirizwa, co kimwe n’ukutaborezwa igufa, kubaho mu mwidegemvyo, harimwo no mu vyerekeye amasabamana, ugusabikanya mu kibano hamwe n’umwizero muri kazoza. Abahohoterwa benshi bagendana umuzigo w’ugukozwa isoni n’uw’ugukumirwa, w’ukwama ugandaye, w’akarenganyo, hamwe mbere n’ibikomere vyo ku mutima bivuye ku kwama bariko barahamirwa ubwoko bavamwo hamwe n’ababo.

Amananiza ateye agahinda avyarwa n’ingwano zo mu gihugu hagati canke z’ibihugu bishamiranye, akenshi usanga akazwa n’ihohoterwa rizira ikigongwe, arasiga ibikomere vyimbitse mu mibiri no mu mitima y’abantu. Ku bwa ngingo, ingwano iyo ari yo yose ni ubwicanyi bw’abavukana busambura umugambi w’Imana w’ubuvukanyi uranga ico umuryango w’abantu wahamagariwe.

Nk’uko tubizi neza, ingwano yama ihera ku kutihanganirana kubera ubudasa, kugaca gutuma tugomba kwigarurira abandi n’ukubacinyiza. Mu mutima wa muntu, ingwano ivyarwa n’ubugunge hamwe n’ubwishime, n’urwanko ruvyara agatima ko gusambura, ko kwugaranira abandi mu kibi, ko bakumira no kubazimanganya. Ingwano yegenyezwa n’ugufutanya imigenderanire, n’agatima ko gutwara vyose, n’ukwitwaza igikenye, n’ugutinya abandi, n’ubudasa buboneka nk’umutego. Uko ingwano ivyarwa n’ivyo ni ko inatuma vyongerekana.

Nk’uko naronse akaryo ko kubishimangira mu rugendo mperutse kugira mu gihugu c’Ubuyapani, biratangaje kubona isi yacu ivuga ko igomba gushira imbere n’ukuremesha ituze n’amahoro ariko ugasanga yubakira ku mutekano w’uruhendo ushingiye ku kuremesha icuka c’ubwoba n’ukwinubana gihava kigasibanganya imigenderanire hagati y’imiryango y’abantu, maze ntibibe bigishoboka kuja inama n’ingingo. Amahoro n’ituze mu makungu ntibishobora kubangikana n’ugushaka kwubakira ku bwoba bw’ukumarana canke bw’uguhonya abandi . Kugira amahoro arinde ashoboka, ni uko haba hakomejwe akarangamutima k’ugufatana mu nda kwa bose hamwe n’ugufashanya gushingiye ku kuba ba magiriranire n’abasangirabanga mu muryango umwe w’abantu b’ubu n’abazovuka ejo » [2].

Kuremesha ibintu vy’ugukangana bituma ukwizerana gutituka, maze umuntu agaca yiyugarirako nka nyabumba. Ukutizerana n’ubwoba bituma imigenderanire igoyagoya hakavyuka agatima ko gukoresha ingimba, iyo nzira y’urukwegane rw’ibara ikaba idashobora kwigera ishikana ku migenderanire ivyara amahoro. Muri gihe ibintu bimeze uko, ukugwiza ibirwanisho vya rutura bicira umuriro w’akaranda bizana amahoro y’uruhendo.

Kubera iyo mvo, ntidushobora kwirya akara ngo turiko turaremesha ituze kw’isi mu kugwiza ubwoba bwo kumarana, mu mutekano utubakiye ku mushinge urama. Tuguma turi ku manga iherekeza ibirwanisho ruhonyanganda canke twiyugaraniye mu kuba ba sindabibazwa, aho usanga abantu bafata ingingo mu bijanye n’imibano hamwe n’ubutunzi zishimangira akaranda ko gukumira abandi n’uguhonya ibidukikije aho gukomeza agatima ko gukingirana [3]. None tworemesha gute inzira y’amahoro n’ukwitanaho ? Twocagagura gute iyo mizana iroze y’ukurabana ribi n’uguterana ubwoba ? Tworengera gute agatima ko kwinubana gasa n’akiganje muri kino gihe ?

Dutegerezwa kwama turiko turaharanira kuremesha umuvukano w’ukuri, ushingiye kw’isoko rimwe twamukako ariyo Mana, maze uwo muvukano ugakomezwa n’ukuganira hamwe n’ukwizerana. Ugushaka amahoro gushingiye kure mu mutima w’umuntu kandi ntitwovuvudikira ikitadushikana kuri iryo hangiro.


2. Amahoro ni yo nzira y’ukwumviriza ushingiye ku kwibuka akahise, ku kuba ba magiriranire no ku muvukano

 Abo bita aba « Hibakusha » - ni ukuvuga abarokotse umuriro n’ubumara bw’amabombe ya rutura yatewe mu ntara za Hiroshima na Nagasaki mu gihugu c’Ubuyapani – bari mu bantu ubu baremesheje akariro mu mutima rusangi kerekana uko urunganwe rw’abantu rugenda rukurikirana ibara ry’ivyashitse muri Myandagaro 1945, hamwe n’ububabare bw’agahomerabunwa vyateye gushika uno musi. Intahe abo ba « Hibakusha » bashinga ku vyabaye irakabura akarangamutima ka muntu maze kagatuma abantu baguma bibuka abaguye muri iryo bara, gurtyo umutima wa buri muntu ukomerere kurwanya agatima ko gucinyiza no guhonya abandi. « Ntidushobora kwemera ko abantu b’iki gihe hamwe n’abazokwaruka muri kazoza bibagira ivyabaye, ukwo kwama bibuka ivyabaye kuremeza kandi kugakomeza ishaka ryo kwubaka kazoza gashingiye ku butungane no ku muvukano » [4].

Nk’uko kw’abo ba « Hibakusha », abantu batari bake bo kw’isi yose barahereza urunganwe rukurikirana ibanga rihambaye ry’ukwibuka ritegerezwa gushingurwa, kugira ngo ntihagire uwosubira gucutsa agatima k’ugukora ibara risa n’iryabaye canke ngo ingendo zaranze inkorabara zo muri kahise hagire abasubira kuzishimira, ariko kandi kugira ngo ukwo kwibuka, gushingiye ku cirwa dukura ku vyabaye, kutubere ishingiro ry’ukurondera guhitamwo inzira zubaka amahoro ubu no muri kazoza.

Reka noneho, ukwibuka ni kwo kwugurura ihangiro ry’ukwizera : kenshi na kenshi, mu muzimagiza w’ingwano n’indyane, ukwibukanya ibimenyetso vy’ugufatana mu nda vyigaragaje biratuma hasubira kuba ibikorwa birangwa n’ukurinda hamwe n’ubutwari, maze bigakabura ingoga nshasha, bikanatsa akariro k’umwizero mushasha mu mitima y’abantu no mu mibano.

Guca no kuremesha inzira y’amahoro ni igikorwa kitoroshe kandi gisaba vyinshi bivanye n’ingene inyungu abantu baba bariko baraharanira mu migenderanire yabo, mu migendereranire y’imiryango yabo n’ibihugu vyabo, izo nyungu zikaba ari nyinshi kandi zidasa. Umuntu ategerezwa kwemera kumurikirwa n’akarangamutima runtu, kagaca gakomeza ishaka rya muntu mu bijanye n’ivy’intwaro. Ku kaba nkako, amahoro afise ishingiro ryayo mu ntimatima ya muntu, ugushaka kwa politike na kwo kukaba gutegerezwa kwama gukomezwa kugira ngo hashobore kuboneka indinganizo nshasha zerekeza ku gusubiza hamwe n’ukwunga abantu n’imibano.

Isi y’ubu ntikeneye amajambo y’uruhendo atagira mvura, ikeneye riho abashinga intahe babikuye ku mutima, abubaka amahoro bafise umutima wugurukiye ukuja inama n’ingingo, ata gukumirana canke ugukoresha urwenge. Kukaba nkako, ntawushobora gushikira amahoro y’ukuri atari mu gihe hari ukuja inama n’ingingo kw’abagabo n’abagore barondera ukuri hejuru y’ivyiyumviro bizanana irya n’ino. Amahoro ni inyubakwa « itigera ihera kwubaka » [5]. Ni urugendo turemesha turi kumwe twese, mu kwama duharanira itunga rusangi, kandi umwe wese akemanga kugendera ivyo yemeye n’ukwubahiriza ingingo. Mu gutegana ugutwi, kumenya abandi n’ukubaha agaciro, birashobora kugenda bitera imbere gushika no ku rugero rwo kubona mu mwansi uruhanga rw’umuvukanyi.

Birumvikana rero ko ingendo y’amahoro ari igikorwa kimara igihe. Ni igikorwa co kwitondera kirondera ukuri n’ubutungane, giha iteka ukwibuka akahise ku bagiriwe amabi. Kikaba kandi igikorwa cuguririra buhoro buhoro, umuntu kugira umwizero rusangi ukomeye gusumba agatima ko kwihora. Mu gihugu kirangwa n’ingingo, intwaro rusangi ishobora kuba ikimenyetso nyaco c’iyo ngendo mu gihe ishingiye ku butungane no kwemanga ibanga ryo kwubahiriza amateka ya zina muntu, na cane cane aya barya ba magara make canke abakumiriwe, mu kurondera ubudahengeshanya ukuri [6]. Iyo ni ndinganizo y’iremeshwa ry’umubano ubereye n’iyubakwa rya kazoza aho umuntu uwo ari we wese yumva ko afise ico aterera abikuye ku mutima, kandi mu mice yose y’ubuzima bw’abantu, haba mu muryango, canke mu kibano, mu gihugu no mu migenderanire mpuzamakungu.

Nk’uko umweranda Papa Paulo wa gatandatu yabishimangiye, « inyota ishingiye habiri twiyumvamwo itwerekeza ku kwumva ko tungana kandi umwe wese yogira uruhara mu birangurwa aho abaye ni yo nzira yerekeza kw’iyubakwa ry’igihugu gishingiye ku ntwaro rusangi [...] Ni ukuvuga akamaro ko kwigisha ibijanye n’ukubana n’abandi, aho, uretse ivyo kumenyesha amateka aranga buri muntu, habwirizwa n’ukumenyeshwa ibiyaherekeza : umuntu akamenya ivyo na we ategerezwa gukorera abandi ; Ivyo umuntu ategerezwa na we kurangura bisaba na vyo nyene ko aba yumva kandi agashira mu ngiro ingendo y’ukwigumya, ukwemera gushingwa amabanga n’ukumenya n’aho umwidegemvyo wiwe n’uw’umurwi arimwo ugarukira » [7].

Bitagenze gurtyo, ukwimbana mu mizi kw’abagize igihugu n’ikibano, ukugwiza ubusumbasumbane mu bantu n’ukureka gukoresha uburyo bwariho ngo hakomezwe iterambere ry’ukuri rya buri muntu bituma vyanka ko haronderwa itunga rusangi. Ariko bikunze hakaba igikorwa citonze gishingiye ku nguvu z’ijambo n’iz’ukuri, harashobora gukaburwa mu bantu ugusubira kugira umutima w’ukurema bishasha mu kigongwe n’ugufatana mu nda.

Mu buzima bwacu bw’abakristu, twama dushingira ku kwibuka Kristu yatanze ubuzima bwiwe ngo dushobora gusubiza hamwe (raba Abanyaroma 5, 6-11). Ekleziya irondera gutanga itiziganya intererano mu kurondera indinganizo y’ukubana gushingiye ku ngingo umuntu yigira aguma aharanira itunga rusangi, akagendera umwizero w’amahoro mu gukwirakwiza ivyiza bishingiye mu karangamutima rukristu, mu nyigisho yubakira ku ngeso nziza, hamwe no mu bikorwa bikomeza ikibano bigatanga n’indero ibereye.


3. Amahoro ni yo nzira yo gusubiza hamwe mu mubano wa kivukanyi

 Bibliya, na cane cane mw’ijambo ry’abahanuzi, iributsa imitima n’imiryango y’abantu isezerano Imana yagiranye n’abantu. Na ryo rishingiye ku guheba agatima ko gucinyiza abandi abantu hamwe no kumenyera kurabana nk’abantu, nk’abana b’Imana, nk’abavukanyi. Umuntu ntiyotegerezwa kwugaranirwa mu vyo yashoboye kuvuga canke gukora, ategerezwa nyabuna kurabwa mw’ihangiro ry’umwizero afise muri we. Mu gihe duhisemwo inzira y’ukwubahana ni ho dushobora kucagagura imizana y’ihorihori tukijukira inzira y’umwizero.

Igice c’Inkuru Nziza cigana inkuru y’ikiganiro ca Petero na Yezu kiratumurikira : « Mukama, mwenewacu ancumuyeko, nzomurekurira kangahe ? Gushika ku ndwi ? Yezu nawe ati : “Sindakubwiye gushika ku ndwi, ariko ndakubwiye kugeza ku ndwi incuro mirongo indwi" » (Matayo 18, 21-22). Iyo nzira y’ugusubiza hamwe iduhamagarira kuronderera mu ntimatima y’umutima wacu inguvu z’ikigongwe hamwe n’ubukomezi bwo kumenya turi abavukanyi. Kwemera kugendera umutima w’ikigongwe birakuza muri twebwe ubukomezi bw’ukuba abantu b’abanyamahoro.

Ivyo vyigaragaza ku mahoro mu bijanye n’imibano ni na vyo vyibonekeza mu rwego rwa politike n’urw’ubutunzi, kuko ikibazo c’amahoro ugisanga mu mice yose y’ubuzima bw’intara n’ibihugu. Nta mahoro y’ukuri azokwigera aboneka mu gihe tutazoba turashobora gushinga indinganizo irangwa n’ubutungane mu rwego rw’ubutunzi. Nk’uko Papa Benedigito w’i cumi na gatandatu yavyanditse, haraciye imyaka cumi, muri ya Nyigisho nkuru yerekeye « Urukundo mu kuri (Caritas in veritate) : « Gutsinda ukubura iterambere bisaba ko hagira ibikorwa atari mu ntumbero y’ukworosha ibijanye n’uguhanahana amatungo, ariko cane cane kwugurukira buhoro buhoro mu migenderanire y’isi uburyo bw’ugutunganya ibikorwa bijanye n’ubutunzi vyorangwa n’umutima wo gufashanya no kunywana » (n.39).


4. Amahoro ni inzira y’uguhinduka mu bijanye n’imigenderanire n’ibidukikije

 « Mu gihe itahura ry’ingingo twebwe nyene tugenderako ryadutumye tusigura nabi ingene dufata nabi ibidukikije, ukwiha ububasha bw’ikirenga ku biremwa, canke ingwano, akarenganyo hamwe n’ugukoresha igikenye, twebwe abemera Imana turashobora kwemanga ko twaciye kw’ibanga ry’ugukingira itunga ntangere ry’ubwitonzi twategerezwa gushingura neza » [8].

Kubera ingaruka z’agatima ko kurwanya abandi, ko kutubahiriza inzu rusangi ya twese n’ak’ukudatunganya neza itunga riva mu vy’Imana yaremye – na vyo bikaba bibonwa gusa nk’ibikoresho dukeneye ku nyungu ya hafi tubona ubu, ntiduhe icubahiro imiryango y’abantu baba aho haronderwa ubwo butunzi, ntitwiteho kubungabunga itunga rusangi canke ibiremwa – turakeneye guhinduka mu bijanye n’imigenderanire dufitaniye n’ibidukikije.

Inama nkuru y’Abepiskopi iherutse kudukoranya twiga ikibazo c’igice c’isi citwa Amazoniya idutuma gusubira gushikiriza mu buryo bushasha ijambo rihamagarira kwubaka imigenderanire y’amahoro mu mibano y’abantu n’isi, mu kuntu tubayeho ubu n’ukuntu twibuka ivyabaye mu ri kahise, mu nyigisho y’ivyo twaciyemwo n’ibijanye n’umwizero wa kazoza.

Iyo nzira y’ugusubiza hamwe ni kandi ugutega amatwi n’ukuzirikana dutamarira isi twahawe n’Imana kugira ngo tuyigire inzu rusangi. Kukaba nkako, amatungo dukura mw’isi, ubwoko butandukanye bw’ibinyabuzima tuyisangamwo, n’isi yo nyene ubwayo, twabihawe kugira ngo «tubitunganye kandi tubizigame » (raba Amamuko 2, 15) kandi twibuka urwaruka ruzoguma rukurikirana, maze umwe wese akabigiramwo uruhara kandi rikaba ibanga. Uretse n’ivyo, hari n’igikwiye guhinduka mu vyo twemera no mu kuntu tubona ibintu cotuma twugurukira uguhura na mwene wacu, tukakira ingabirano y’ibiremwa yerekana ubwiza n’ubwenge ntangere bw’uwabitunganije.

Kubera iyo mvo, birumvikana ko haca hakenerwa gusubira kuraba imvo nkuru zitugenza n’uburyo bushasha bwo kuba muri iyo nzu rusangi, tukamenyera kwitanaho mu budasa bwacu, tugahimbaza twubahiriza ubuzima twaronse kandi dusangiye, tukitaho vy’ukuri ubwoko bw’imibano dufise n’ukuntu yotunganywa ku buryo hoguma haboneka kandi haremeshwa ubuzima muri kazoza, hagatezwa imbere itunga rusangi mu muryango wose w’abantu.

Uguhinduka mu bijanye n’imigenderanire dufitaniye n’ibidukikije turiko turabahamagarira kudutuma tubona gushasha ibijanye n’ubuzima, tukaraba neza umutima mwiza w’ugutanga w’Umuremyi yaduhaye isi akanaduhamagarira akanyamuneza gashimishwa na bike mu gusabikanya. Ukwo guhinduka gutegerezwa gutahurwa mu mice yose y’ubuzima nk’ihinduka ry’imigenderanire dufitaniye n’abavukanyi, hamwe n’ibindi biremwa bifise ubuzima, n’ibiremwa vyose mu bwoko bwinshi bwavyo, n’Umuremyi ari we soko ry’ubuzima ubwo ari bwo bwose. Ku wa Kristu, iryo hinduka risaba « kureka hakiserura mu migenderanire n’isi ivyiza vyose bivuye mu guhura na Yezu Kristu » [9].

5. Umuntu aronka ibingana n’ivyo yizeye [10]

Inzira y’ugusubiza hamwe isaba kwitonda n’ukwizera. Ntaworonka amahoro atayizeye.

Bisaba ubwa mbere na mbere kwemera ko amahoro ashoboka, ko n’uwundi muntu akeneye amahoro nka twebwe. Kuri ivyo, urukundo Imana ifitiye umwe umwe wese muri twebwe rurashobora kutwigisha urukundo rubohora, ruzira imbibe, rutagira ikiguzi, rwamizako.

Ubwoba ni bwo kenshi buba inkwezi y’intambara. Ni ikintu rero gihambaye kurengera ubwoba bw’abantu, tukemera ko twese turi abana bama bakenye mu maso y’uwudukunda kandi aturindiriye nka wa muvyeyi w’umuhungu w’igishushungwe (raba Luka 15, 11-24). Umugenzo w’uguhuza abavukanyi uracuvya umutima w’agutera ubwoba. Utuma uguhura uko ari ko kwose kutwugururira ivyiza bishasha, kukaba n’ingabirano y’urukundo ntangere rw’Imana. Uwo mugenzo udutuma turengera inzitizi z’ukubona hafi kugira ngo tugume mw’ihangiro ry’ukubana na bose nk’abavukanyi, nk’abana b’Umuvyeyi umwe wo mw’ijuru.

Ku batumwa ba Kristu, iyo nzira iraremeshwa kandi n’isakaramentu ry’ikigongwe ryatanzwe n’Umukama ngo rikize ibicumuro vy’ababatijwe. Iryo sakaramentu ry’Ekleziya riranagura abantu n’imibano y’abantu ribahamagarira kugira indabo nk’iya Yezu we yujuje « vyose nawe, ivyo kw’isi n’ivyo mw’ijuru, mu kubizanira amahoro ku bw’amaraso yasheshe ku musaraba wiwe » (Abanyakolosi 1, 20). Ni we adusaba guheba gukoresha ingimba, haba mu vyiyumviro, haba mu mvugo canke mu bikorwa, haba mu vyerekeye benewacu canke ivyerekeye ibiremwa.

Inema y’Imana Data itangwa n’urukundo rwitanga ataco rurinze gusaba. Iyo twakiriye ikigongwe c’Imana muri Kristu, turashobora guca dufata urugendo kugira dushikirize urwo rukundo abavukanyi bacu b’iki gihe. Uko imisi ibisikanya, Mutima Mweranda aratwumvisha inyifato n’amajambo kugira ngo tube abaremesha b’ubutungane n’amahoro.

Imana nyene amahoro niduhezagire kandi iturasaneko.

Bikira Mariya, Umuvyeyi w’Umwami w’amahoro n’umuvyeyi w’imiryango y’abantu bose bo kw’isi, naduherekeze yongere aturemeshe, intambwe ku yindi, mu nzira turimwo yo gusubiza hamwe.

Ese umuntu wese aje kuri ino si yoronka ubuzima burangwa n’amahoro maze agashobora guteza imbere ingabirano y’urukundo n’ubuzima iri muri we.

Bigiriwe i Vatikano ku wa 8 Kigarama 2019.


Fransisko

 

_______________________________________________________________________________________


[1] Benoît XVI, Lett. enc. Spe salvi (30 novembre 2007), n. 1.
[2] Discours sur les armes nucléaires, Nagasaki, “Atomic Bomb Hypocenter”, 24 novembre 2019.
[3] Cf. Homélie à Lampedusa, 8 juillet 2013.
[4] Discours sur la Paix, Hiroshima, Mémorial de la Paix, 24 novembre 2019.
[5] Conc. oecum. Vat. II, Const. past. Gaudium et spes, n. 78.
[6] Cf. Benoît XVI, Discours du pape Benoît XVI aux dirigeants des associations chrétiennes des travailleurs italiens, 27 janvier 2006.
[7] Lett. ap. Octogesima adveniens (14 mai 1971), n. 24.
[8] Lett. enc. Laudato si’ (24 mai 2015), n. 200.
[9] Ibid., n. 217.
[10] Cf. Jean de la Croix, Nuit obscure, II, 21, 8.


Iyi Nyigisho yahinduwe mu kirundi n’Ibiro vy'Abepiskopi gatolika bishinzwe ubutumwa bw'ugukwiza hose Inkuru nziza

Télècharger ce Message en kirundi

 

La paix, un chemin d'espérance: dialogue, réconciliation et conversion écologique 


1. La paix, chemin d’espérance face aux obstacles et aux épreuves

La paix est un bien précieux, objet de notre espérance auquel aspire toute l’humanité. Espérer la paix est un comportement humain qui renferme une tension existentielle ; c’est pourquoi même un présent parfois pénible « peut être vécu et accepté s'il conduit vers un terme et si nous pouvons être sûrs de ce terme, si ce terme est si grand qu'il peut justifier les efforts du chemin »[1]. De cette façon, l’espérance est la vertu qui nous met en chemin, qui nous donne des ailes pour aller de l’avant, même quand les obstacles semblent insurmontables.

Notre communauté humaine porte dans sa mémoire et dans sa chair les signes des guerres et des conflits qui se sont succédés avec une capacité destructrice croissante, et qui ne cessent de frapper spécialement les plus pauvres et les plus faibles. Aussi, des nations entières peinent à se libérer des chaînes de l’exploitation et de la corruption, lesquelles alimentent haines et violences. Aujourd’hui encore, à tant d’hommes et de femmes, d’enfants et de personnes âgées, sont niées la dignité, l’intégrité physique, la liberté, y compris religieuse, la solidarité communautaire, l’espérance en l’avenir. De nombreuses victimes innocentes portent sur elles le supplice de l’humiliation et de l’exclusion, du deuil et de l’injustice, voire même les traumatismes de l’acharnement systématique contre leur peuple et leurs proches.
Les terribles épreuves des conflits civils et internationaux, aggravées souvent par des violences sans aucune pitié, marquent pour longtemps le corps et l’âme de l’humanité. Toute guerre, en réalité, est un fratricide qui détruit le projet même de fraternité inscrit dans la vocation de la famille humaine.
La guerre, nous le savons bien, commence souvent par l’intolérance à l’égard de la différence de l’autre, qui renforce le désir de possession et la volonté de domination. Elle naît, dans le coeur de l’homme, de l’égoïsme et de l’orgueil, de la haine qui pousse à détruire, à renfermer l’autre dans une vision négative, à l’exclure et à le faire disparaître. La guerre se nourrit de la perversion des relations, d’ambitions hégémoniques, d’abus de pouvoir, de la peur de l’autre et de la différence perçue comme un obstacle ; et en même temps elle alimente tout cela.
Il est paradoxal, comme j’ai eu à le souligner durant mon récent voyage au Japon, que « notre monde vit la perverse dichotomie de vouloir défendre et garantir la stabilité et la paix sur la base d’une fausse sécurité soutenue par une mentalité de crainte et de méfiance qui finit par envenimer les relations entre les peuples et empêcher tout dialogue possible. La paix et la stabilité internationales sont incompatibles avec toute tentative de construction sur la peur de la destruction réciproque ou sur une menace d’anéantissement total ; elles ne sont possibles qu’à partir d’une éthique globale de solidarité et de coopération au service d’un avenir façonné par l’interdépendance et la coresponsabilité au sein de toute la famille humaine d’aujourd’hui et de demain »[2].
Toute situation de menace alimente le manque de confiance et le repli sur soi. Le manque de confiance et la peur renforcent la fragilité des rapports et le risque de violence, dans un cercle vicieux qui ne conduira jamais à une relation de paix. En ce sens, la dissuasion nucléaire ne peut que créer une sécurité illusoire.
Par conséquent, nous ne pouvons pas prétendre maintenir la stabilité mondiale par la peur de l’anéantissement, dans un équilibre plus que jamais instable, suspendu au bord du gouffre nucléaire et enfermé dans les murs de l’indifférence, où l’on prend des décisions socioéconomiques qui ouvrent la voie aux drames de l’exclusion de l’homme et de la création, au lieu de nous protéger les uns les autres[3]. Comment, alors, construire un chemin de paix et de reconnaissance réciproque ? Comment rompre la logique macabre de la menace et de la peur ? Comment briser la dynamique de la défiance qui prévaut actuellement ?
Nous devons poursuivre une fraternité réelle, basée sur la commune origine divine et exercée dans le dialogue et la confiance réciproques. Le désir de paix est profondément inscrit dans le coeur de l’homme et nous ne devons-nous résigner à rien de moins que cela.


2. La paix, chemin d’écoute basé sur la mémoire, sur la solidarité et sur la fraternité


Les Hibakusha, les survivants des bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagasaki, sont parmi ceux qui, aujourd’hui, maintiennent vivante la flamme de la conscience collective, témoignant aux générations successives l’horreur de ce qui est arrivé en août 1945 et les souffrances indicibles qui ont suivi jusqu’à aujourd’hui. Leur témoignage réveille et conserve de cette façon la mémoire des victimes afin que la conscience humaine devienne toujours plus forte face à toute volonté de domination et de destruction : « Nous ne pouvons pas permettre que les générations présentes et nouvelles perdent la mémoire de ce qui est arrivé, cette mémoire qui est garantie et encouragement pour construire un avenir plus juste et plus fraternel »[4].
Tout comme eux, de nombreuses personnes partout dans le monde offrent aux générations futures le service indispensable de la mémoire qui doit être conservée, non seulement pour ne pas commettre de nouveau les mêmes erreurs ou pour que les schémas illusoires du passé ne soient reproposés, mais aussi pour que celle-ci, fruit de l’expérience, constitue la racine et suggère le chemin pour les choix présents et futurs en faveur de la paix.
De plus, la mémoire est l’horizon de l’espérance : bien des fois, dans l’obscurité des guerres et des conflits, même le rappel d’un petit geste de solidarité reçu peut inspirer des choix courageux et même héroïques, peut susciter de nouvelles énergies et rallumer une nouvelle espérance chez les individus et dans les communautés.
Ouvrir et tracer un chemin de paix est un défi d’autant plus complexe que les intérêts qui sont en jeu dans les relations entre les personnes, les communautés et les nations, sont multiples et contradictoires. Il faut avant tout faire appel à la conscience morale et à la volonté personnelle et politique. La paix, en effet, trouve sa source au plus profond du coeur humain, et la volonté politique doit toujours être revigorée afin d’initier de nouveaux processus qui réconcilient et unissent personnes et communautés.
Le monde n’a pas besoin de paroles creuses, mais de témoins convaincus, d’artisans de paix ouverts au dialogue sans exclusions ni manipulations. En effet, on ne peut parvenir vraiment à la paix que lorsqu’il y a un dialogue convaincu d’hommes et de femmes qui cherchent la vérité au-delà des idéologies et des opinions diverses. La paix est un édifice « sans cesse à construire »[5], un chemin que nous faisons ensemble, en cherchant toujours le bien commun et en nous engageant à maintenir la parole donnée et à respecter le droit. Dans l’écoute réciproque, la connaissance et l’estime de l’autre peuvent se développer jusqu’à reconnaître, dans l’ennemi, le visage d’un frère.
Le processus de paix est donc un engagement qui dure dans le temps. C’est un travail patient de recherche de la vérité et de la justice qui honore la mémoire des victimes et qui ouvre, pas à pas, à une espérance commune plus forte que la vengeance. Dans un État de droit, la démocratie peut être un paradigme significatif de ce processus si elle est basée sur la justice et sur l’engagement à sauvegarder les droits de chaque personne, en particulier si elle est faible ou marginalisée, dans la recherche continuelle de la vérité [6]. Il s’agit d’une construction sociale et d’une élaboration en devenir, où chacun apporte de manière responsable sa propre contribution, à tous les niveaux de la collectivité locale, nationale et mondiale.
Comme le soulignait saint Paul VI, « la double aspiration vers l’égalité et la participation cherche à promouvoir un type de société démocratique […]. C’est dire l’importance d’une éducation à la vie en société où, en plus de l’information sur les droits de chacun, soit rappelé leur nécessaire corrélatif : la reconnaissance des devoirs à l’égard des autres ; le sens et la pratique du devoir sont eux-mêmes conditionnés par la maîtrise de soi, l’acceptation des responsabilités et des limites posées à l’exercice de la liberté de l’individu ou du groupe »[7].
Au contraire, la fracture entre les membres d’une société, l’accroissement des inégalités sociales et le refus d’utiliser les instruments en vue d’un développement humain intégral mettent en péril la poursuite du bien commun. Par contre, le travail patient basé sur la force de la parole et de la vérité peut réveiller chez les personnes la capacité de compassion et de solidarité créative.
Dans notre expérience chrétienne, nous faisons constamment mémoire du Christ qui a donné sa vie pour notre réconciliation (cf. Rm 5, 6-11). L’Eglise participe pleinement à la recherche d’un ordre juste, tout en continuant à servir le bien commun et à nourrir l’espérance de paix à travers la transmission des valeurs chrétiennes, l’enseignement moral et les oeuvres sociales et éducatives.


3. La paix, chemin de réconciliation dans la communion fraternelle


La Bible, en particulier à travers la parole des prophètes, rappelle les consciences et les peuples à l’alliance de Dieu avec l’humanité. Il s’agit d’abandonner le désir de dominer les autres et d’apprendre à se regarder réciproquement comme des personnes, comme des enfants de Dieu, comme des frères. L’autre ne doit jamais être enfermé dans ce qu’il a pu dire ou faire, mais il doit être considéré selon la promesse qu’il porte en lui. C’est seulement en choisissant la voie du respect qu’on pourra rompre la spirale de la vengeance et entreprendre le chemin de l’espérance.
Le passage de l’Évangile qui rapporte l’échange entre Pierre et Jésus nous guide : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? Jésus lui répond : “Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois” » (Mt 18, 21-22). Ce chemin de réconciliation nous appelle à trouver dans le fond de notre coeur la force du pardon et la capacité de nous reconnaître frères et soeurs. Apprendre à vivre le pardon fait grandir notre capacité à devenir des femmes et des hommes de paix.
Ce qui est vrai de la paix dans le domaine social est vrai aussi dans le domaine politique et économique, puisque la question de la paix traverse toutes les dimensions de la vie communautaire : il n’y aura jamais de vraie paix tant que nous ne serons pas capables de construire un système économique plus juste. Comme l’écrivait Benoît XVI, il y a dix ans, dans l’Encyclique Caritas in veritate : « Vaincre le sous-développement demande d’agir non seulement en vue de l’amélioration des transactions fondées sur l’échange et des prestations sociales, mais surtout sur l’ouverture progressive, dans un contexte mondial, à des formes d’activité économique caractérisées par une part de gratuité et de communion » (n. 39).


4. La paix, chemin de conversion écologique


« Si une mauvaise compréhension de nos propres principes nous a parfois conduits à justifier le mauvais traitement de la nature, la domination despotique de l’être humain sur la création, ou les guerres, l’injustice et la violence, nous, les croyants, nous pouvons reconnaître que nous avons alors été infidèles au trésor de sagesse que nous devions garder ».[8]
Face aux conséquences de notre hostilité envers les autres, du manque de respect de la maison commune et de l’exploitation abusive des ressources naturelles – considérées comme des instruments utiles uniquement pour le profit d’aujourd’hui, sans respect pour les communautés locales, pour le bien commun ni pour la nature – nous avons besoin d’une conversion écologique.
Le récent Synode sur l’Amazonie nous pousse à adresser, de manière nouvelle, l’appel à une relation pacifique entre les communautés et la terre, entre le présent et la mémoire, entre les expériences et les espérances.
Ce chemin de réconciliation est aussi écoute et contemplation du monde qui nous a été donné par Dieu pour que nous en fassions notre maison commune. En effet, les ressources naturelles, les nombreuses formes de vie et la terre elle-même nous sont confiées pour être “cultivées et gardées” (cf. Gn 2, 15) aussi pour les générations à venir, avec la participation responsable et active de chacun. En outre, nous avons besoin d’un changement, dans les convictions et dans le regard, qui ouvre davantage à la rencontre avec l’autre et à l’accueil du don de la création qui reflète la beauté et la sagesse de son Auteur.
En découlent, en particulier, des motivations profondes et une nouvelle manière d’habiter la maison commune, d’être présents les uns aux autres, chacun dans sa diversité, de célébrer et de respecter la vie reçue et partagée, de se préoccuper des conditions et des modèles de société qui favorisent l’éclosion et la permanence de la vie dans l’avenir, de développer le bien commun de toute la famille humaine.
La conversion écologique à laquelle nous faisons appel nous conduit donc à avoir un nouveau regard sur la vie, en considérant la générosité du Créateur qui nous a donné la terre et nous rappelle à la joyeuse sobriété du partage. Cette conversion doit être comprise de manière intégrale, comme une transformation des relations que nous entretenons avec nos soeurs et nos frères, avec les autres êtres vivants, avec la création dans sa très riche variété, avec le Créateur qui est l’origine de toute vie. Pour le chrétien, elle demande de « laisser jaillir toutes les conséquences de la rencontre avec Jésus-Christ sur les relations avec le monde »[9].


5. On obtient autant qu’on espère [10]


Le chemin de la réconciliation exige patience et confiance. On n’obtient pas la paix si on ne l’espère pas. Il s’agit avant tout de croire en la possibilité de la paix, de croire que l’autre a le même besoin de paix que nous. En cela, l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous peut nous inspirer, un amour libérateur, sans limite, gratuit, inlassable.
La peur est souvent source de conflit. Il est donc important d’aller au-delà de nos craintes humaines, en nous reconnaissant comme des enfants dans le besoin devant celui qui nous aime et qui nous attend, comme le Père du fils prodigue (cf. Lc 15, 11-24). La culture de la rencontre entre frères et soeurs rompt avec la culture de la menace. Elle fait de toute rencontre une possibilité et un don de l’amour généreux de Dieu. Elle nous pousse à dépasser les limites de nos horizons restreints afin de toujours viser à vivre la fraternité universelle comme enfants de l’unique Père céleste.
Pour les disciples du Christ, ce chemin est aussi soutenu par le sacrement de la Réconciliation, donné par le Seigneur pour la rémission des péchés des baptisés. Ce sacrement de l’Eglise, qui renouvelle les personnes et les communautés, invite à avoir le regard tourné vers Jésus qui a réconcilié « tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1, 20) ; et il demande d’abandonner toute violence en pensées, en paroles et en actions, aussi bien envers le prochain qu’envers la création.
La grâce de Dieu le Père s’offre comme un amour sans conditions. Une fois reçu son pardon dans le Christ, nous pouvons nous mettre en chemin afin de l’offrir aux hommes et aux femmes de notre temps. Jour après jour, l’Esprit Saint nous suggère des comportements et des paroles pour que nous devenions des artisans de justice et de paix.
Que le Dieu de la paix nous bénisse et vienne à notre aide.
Que Marie, Mère du Prince de la Paix et Mère de tous les peuples de la terre, nous accompagne et nous soutienne, pas à pas, sur notre chemin de réconciliation.
Et que toute personne venant en ce monde puisse connaître une existence paisible et développer pleinement la promesse d’amour et de vie qu’elle porte en elle.


Du Vatican, le 8 décembre 2019.

 

François

_______________________________________________________________________________________
[1] Benoît XVI, Lett. enc. Spe salvi (30 novembre 2007), n. 1.
[2] Discours sur les armes nucléaires, Nagasaki, “Atomic Bomb Hypocenter”, 24 novembre 2019.
[3] Cf. Homélie à Lampedusa, 8 juillet 2013.
[4] Discours sur la Paix, Hiroshima, Mémorial de la Paix, 24 novembre 2019.
[5] Conc. oecum. Vat. II, Const. past. Gaudium et spes, n. 78.
[6] Cf. Benoît XVI, Discours du pape Benoît XVI aux dirigeants des associations chrétiennes des
travailleurs italiens, 27 janvier 2006.
[7] Lett. ap. Octogesima adveniens (14 mai 1971), n. 24.
[8] Lett. enc. Laudato si’ (24 mai 2015), n. 200.
[9] Ibid., n. 217.
[10] Cf. Jean de la Croix, Nuit obscure, II, 21, 8.

Télécharger le Message ici.

 


« Tout baptisé est un envoyé ». Pour aider les fidèles de l’Eglise du Burundi à mieux célébrer le mois missionnaire extraordinaire institué par le Pape François et ainsi commémorer le centenaire de la promulgation de la Lettre apostolique Maximum illud du Pape Benoît XV, l’Eglise du Burundi a entrepris plusieurs initiatives tant au niveau national que diocésain.

Parmi les initiatives prises, la Conférence Episcopale a élaboré un message qui sera proclamé pendant les messes dominicales du 29 septembre 2019. C’est un message qui a pour but de raviver l’esprit missionnaire des fidèles. Voici l’intégralité de ce message :

 


MESSAGE DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI

EN VUE DE RAVIVER L’ESPRIT MISSIONNAIRE DES FIDELES CHRETIENS

 

« Tout baptisé est un envoyé »


Chers frères et soeurs dans la foi, « La paix de Jésus Christ, Missionnaire de Dieu le Père, soit avec vous ». Nous vous souhaitons également de raviver en vous l’esprit missionnaire pour que le Christ soit partout annoncé.

Préliminaires

1. Le mois d’octobre de cette année est un mois missionnaire extraordinaire que le Pape François a établi afin que nous puissions commémorer le centenaire de la promulgation de la Lettre apostolique Maximum illud du Pape Benoît XV (30 novembre 1919) concernant la mission. Ainsi, au début de ce mois, Nous, Vos Pasteurs, comme Successeurs des Apôtres chargés de poursuivre leur mission, venons vous interpeller pour que nous puissions répondre tous à cet appel que le Pape nous lance, et vivre selon notre baptême, en nous dépensant pour que l’Evangile soit partout annoncé, et que nous ayons même beaucoup de missionnaires à envoyer annoncer l’Evangile auprès de ceux qui ne l’ont pas encore connu.

« Bonne Nouvelle d’une grande joie pour tous » (Lc 2,10)

2. La Bonne Nouvelle que nous devons annoncer à tous n’est pas une nouvelle quelconque, mais il s’agit d’une Bonne Nouvelle que nous vous annonçons en rendant témoignage comme Saint Jean l’Apôtre, en disant : « ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie […], nous vous l'annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous […] pour que notre joie soit complète » (1 Jn 1, 1…4).

3. Notre joie devient parfaite parce que ceux à qui nous avons annoncé la Bonne Nouvelle et qui l’ont accueillie reçoivent le salut. De fait, cette Bonne Nouvelle, c’est Jésus « L’Emmanuel » (Mt 21, 21). C’est Lui le chemin qui mène vers la joie véritable. Quiconque le connaît, croit en Lui et se met à sa suite, est sauvé car : « aucun autre nom sous le ciel n’a été donné aux hommes par lequel nous devions être sauvés », si ce n’est Jésus (Ac 4, 12). Telle est la Bonne Nouvelle parmi les hommes. « Dieu sauve et il est venu habiter parmi nous ». « Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix » (Phil 2, 6-8). Il est mort et il a été enseveli mais le troisième jour il est ressuscité, de cette manière il a montré qu’il a vaincu tout mal et la mort. Il s’est montré aux siens pendant plusieurs jours, est monté aux cieux dans la gloire de Dieu le Père, a envoyé aux siens l’Esprit Saint qui a assuré la communion avec Lui et leur a permis de vaincre la peur et de commencer à rendre témoignage de sa mort et de sa résurrection. De fait, avant son ascension au ciel, il leur avait dit ceci : « Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre » (Ac 1,8). Il est donc parti après avoir envoyé ceux qui l’avaient déjà connu pour aller dans le monde entier, proclamer cette Bonne Nouvelle, pour qu’à son retour, il trouve que tous les hommes l’aient déjà connu même s’ils auraient refusé d’accueillir son salut.

Ceux qui l’ont connu sont envoyés en mission pour l’annoncer aux autres

4. Depuis les premiers Apôtres, ceux qui l’ont connu et ont cru en Lui se sont répandus dans toutes les nations en proclamant la Bonne Nouvelle. Des fois ils ont été persécutés, hais, battus, mis à mort. Mais ils gardaient le courage, l’espérance et la joie d’être les messagers du salut et étaient encouragés par sa Parole qui dit ceci : « vous serez tristes, mais votre tristesse se changera en joie » (Jn 16, 20).

5. Ils sont arrivés même jusque chez nous, annonçant la Bonne Nouvelle, ceux qui l’ont accueillie sont devenus disciples et missionnaires de Jésus. Même ici la tâche ne leur a pas été facile. Ils ont abandonné leurs familles et sont venus sans savoir où ils allaient, sans savoir s’ils allaient arriver, sans savoir ce qu’ils allaient rencontrer, sans savoir non plus s’ils allaient revoir les leurs. Ils n’avaient pas de téléphone comme aujourd’hui, ils ne voyageaient pas par avion comme aujourd’hui, il n’y avait pas de progrès en médecine comme aujourd’hui. Beaucoup parmi eux sont tombés malades et en sont morts, d’autres ont été dévorés par des animaux, d’autres ont été noyés dans des eaux des rivières et des mers qu’ils traversaient par bateau, d’autres encore ont été assassinés. Dans tout cela, ils ne cherchaient rien d’autre que d’accomplir le mandat missionnaire que le Seigneur a donné à ses Apôtres : « Allez dans le monde entier, proclamez l'Evangile à toute la création » (Mc 16,20). Ils n’étaient pas venus pour chercher des richesses, non plus pour conquérir des territoires. Ils étaient venus pour nous enrichir avec le nom de Jésus qui sauve, et de nous faire entrer dans le peuple de Dieu. Ils étaient animés par l’amour et la compassion envers tout être humain surtout celui qui n’avait pas encore connu son Sauveur.

6. Nous sommes très reconnaissants envers ces hérauts de l’Evangile, qui ont fait de nous des disciples et des compagnons de Jésus en nous annonçant son Evangile, en nous apprenant la foi et les commandements de Dieu, en nous préparant aux sacrements et en nous apprenant à témoigner de l’amour du Christ. Nous sommes aussi reconnaissants pour le rôle spécifique qu’ils ont joué dans le domaine social et du développement surtout dans la construction des dispensaires et des hôpitaux, des écoles, des routes et des églises. Nous apprécions leur effort d’apprendre la langue et nos mœurs, pour les connaître et ainsi nous connaître, les purifier, les élever et les faire progresser. Il est vrai qu’il y a des choses qui leur ont échappé parce qu’eux-mêmes ne savaient pas tout. Il y a un niveau qu’ils n’ont pas pu atteindre parce qu’ils avaient des limites. Dans ces limites, au lieu de voir un échec, nous devons y voir notre mission. De fait, ils ne sont pas venus nous servir sans notre participation, ils ne sont pas venus non plus nous faire travailler sans leur participation, ils sont venus travailler ensemble avec nous, pour qu’à la fin de leur mission, nous puissions poursuivre l’œuvre commencée. De cette manière, le voyage qui les a amenés jusqu’à nous, à notre tour, nous conduit jusqu’aux pays qui n’ont pas encore connu le Sauveur Jésus Christ.

7. La Bonne Nouvelle de Jésus qu’on nous a annoncée et que nous sommes appelés à annoncer ne change pas, parce que « Jésus Christ est le même hier et aujourd'hui, il le sera à jamais » (He 13,8). Toutefois, les régions, les époques, les cultures et les mentalités des peuples changent, mêmes les personnes changent. C’est pour cela que nous devons régulièrement renouveler nos méthodes d’annoncer l’Evangile. L’Evangile reste le même mais la manière dont il s’annonçait hier n’est pas la même que celle d’aujourd’hui, la manière dont nous l’annonçons ici n’est pas la même que celle pour l’annoncer là-bas. C’est pourquoi le Pape François nous interpelle pour renouveler la mission d’annoncer l’Evangile dans les circonstances actuelles, après avoir rappelé l’origine de la Lettre Apostolique Maximum illud ci-haut mentionnée du Pape Benoît XV, du 30 novembre 1919, concernant la mission.

Origine de la Lettre Apostolique « Maximum illud » du Pape Benoît XV

8. C’était après la Première Guerre Mondiale. A cette époque, les missionnaires provenant de l’Allemagne vaincue n’étaient pas bien appréciés dans les pays dominés par ceux qui avaient vaincu la Guerre. Parmi certains missionnaires, il s’est manifesté un esprit de mettre en avant l’intérêt de leurs pays de provenance au lieu de la mission d’annoncer l’Evangile. Cela n’a pas plu du tout au Pape Benoît XV et cette situation s’est ajoutée à son souci pour l’avenir des Eglises de mission où les prêtres indigènes pour prêcher l’Evangile étaient très peu nombreux, eux-mêmes n’ayant aucun rôle dans l’organisation de l’Eglise implantée chez eux, et étaient considérés comme encore jeunes. A cette époque, il n’y avait même pas encore eu d’Evêque nommé originaire de ces nouvelles Eglises.

9. Toutes ces situations sont parmi les raisons qui ont poussé le Pape Benoît XV à rédiger la Lettre Apostolique « Maximum illud » destinée avant tout aux responsables des missions sans toutefois oublier les missionnaires eux-mêmes et tous les fidèles, afin de raviver en eux l’esprit missionnaire pour que l’Evangile soit annoncé partout et comme tel. Il a commencé par rappeler que la grande mission et sublime mission que Jésus Christ a confié à Saint Pierre et à ses frères d’aller proclamer l’Evangile à tous en commençant par Jérusalem jusqu’aux extrémités de la terre ne s’est pas achevée avec leur mort. C’est une mission qui se poursuit jusqu’à la fin des temps. Partout où se trouve l’Eglise, elle est là pour annoncer l’Evangile. C’est sa nature.

10. Le Pape demande aux Missionnaires de ne pas mélanger ou confondre les intérêts des pays de leur provenance et la mission d’annoncer l’Evangile. Il les exhorte de la manière suivante: « souvenez-vous que vous ne devez pas propager le règne des hommes mais celui du Christ et ne pas ajouter des citoyens à la patrie terrestre, mais à la patrie céleste ». Il poursuit en demandant aux missionnaires d’être marqué par la sainteté et les bonnes œuvres et demande à tous les fidèles catholiques de les soutenir par la prière et les moyens matériels.

11. Autre chose que le Pape demande à ceux qui président aux Missions, c’est-à-dire les Eveques, les Vicaires et Préfets Apostoliques, c’est d’agir ensemble, et ceux qui sont plus proches dans les territoires limitrophes devront se concerter et s’entraider dans l’activité missionnaire . Il les interpelle aussi à préparer les prêtres indigènes à prendre en charge la gestion des affaires de leur Eglise car, un Apôtre qui connaît bien l’attitude, le langage, les moeurs des destinataires de l’Evangile, c’est lui qui sait comment les aider à faire pénétrer le ferment de l’Evangile dans toute leur vie. Le Pape leur demande également de susciter parmi les jeunes autochtones des vocations missionnaires. C’est sur cet enseignement du Pape Benoît XV que le Pape François se base pour inviter tous les fidèles « à une nouvelle étape évangélisatrice » (Evangelii gaudium, n.1) .

Faisons un autre pas dans l’exercice de la mission d’annoncer l’Evangile

12. Le Pape François, considérant les temps actuels déchirés par des guerres , trouve dans le domaine politique et social, qu’il y a encore des divisions entre les gens, fondées sur leurs différences ainsi que des conflits. Au sein de l’Eglise, le Pape trouve une ferméture dans nos habitudes, parmi elles se trouvent des structures et des méthodes pastorales qui ne sont pas favorables à la pastorale missionnaire. C’est pourquoi il demande que l’Eglise sorte et qu’elle quitte la maison pour aller au-delà des frontières de ceux qui ont la même foi et les mêmes pensées, des régions et des pays; afin que la mission soit ouverte partout et pour tous (cf. Evagelii gaudium, n.27) . De fait, il y a encore dans le monde beaucoup de gens qui ont besoin qu’on leur montre et qu’on leur apprenne l’amour dont Dieu les aime. Dans l’Eglise, on a besoin d’un nouvel élan, d’une nouvelle volonté et d’une nouvelle espérance dans la pastorale missionnaire. Nous avons besoin des missionnaires qui sont intimement unis au Christ, marqués par la sainteté et le zèle pastoral. Nous avons besoin de nous détacher pour ne pas rester attaché à nos habitudes et tourner notre regard vers les autres, nous préoccuper pour que tous reçoivent et se tournent sans cesse vers l’Evangile. Le Pape François nous exhorte: « Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation… Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ. […] Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ. […] nous sommes " disciples-missionnaires" » (Evangelii gaudium, n.120).

« Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile » (1Co 9,16)

13. Dans ce message, Nous, Vos Pasteurs, lançons un appel à vous tous pour vous engager à vivre selon cette dignité. Ceux qui sont venus nous annoncer l’Evangile ont accompli leur mission. C’est à nous aujourd’hui qu’incombe le devoir d’enraciner la Bonne Nouvelle de Jésus Christ dans la vie des Burundais, en faisant grandir l’Eglise jusqu’à sa maturité. Nous rendons grâce à Dieu parce que notre Eglise a déjà envoyé en mission dans d’autres pays, certains parmi ses fils et filles. Mais il faut entendre que nous devons augmenter l’effectif de ceux que nous envoyons en mission dans d’autres pays en soutenant leur mission par des moyens matériels et par la prière. C’est effectivement cela qui manifetse qu’une Eglise a atteint sa maturité partout où elle se trouve. Nous vous invitons donc tous à soutenir les Oeuvres Pontificales Missionnaires: l’Œuvre Pontificale Missionnaire de la Propagation de la Foi, l’Œuvre Pontificale Missionnaire de Saint Pierre Apôtre, l’Œuvre Pontificale Missionnaire de la Sainte Enfance, l’Union Pontificale Missionnaire. Ces quatre Œuvres Pontificales Missionnaires sont des piliers pour raviver et soutenir l’esprit missionnaire.

14. Comme le Pape François nous l’a indiqué dans son Message de la Journée mondiale des Missions de 2016, « Chaque peuple et chaque culture ont le droit de recevoir le message du salut qui est don de Dieu pour tous. Cela est d’autant plus nécessaire si nous considérons combien d’injustices, de guerres, de crises humanitaires attendent aujourd’hui de trouver une solution. Les missionnaires savent par expérience que l’Évangile du pardon et de la miséricorde peut apporter la joie et la réconciliation, la justice et la paix. Le mandat de l’Évangile, “Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit” (Mt 28,19-20) ne s’est pas achevé. Au contraire, il nous engage tous, dans les scénarios présents et les défis actuels, à nous sentir appelés à une “sortie” missionnaire renouvelée » (Journée mondiale des Missions, 2016).

Conclusion

15. Ne soyons donc pas des spectateurs, soyons plutôt des missionnaires ensemble avec la Vierge Marie, Etoile des Missionnaires et Reine des Apôtres, puisque c’est notre dignité que nous avons reçue dans notre Baptême.

Fait à Bujumbura, le 13 septembre 2019.

Signé : Vos Evêques de l’Eglise Catholique du Burundi.

 

NB : Le présent texte est la traduction officielle de l’original en kirundi.

* Ce Message sera proclamé pendant les messes du Dimanche, le 29 septembre 2019.

Télécharger ce Message en cliquant sur:  Message en kirundi

                                                           Message en français

 

 

 


« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5,9). Tel est le titre du Message que les Evêques du Burundi ont adressé aux fidèles après leur Assemblée Plénière qui s’est tenue à l’Archevêché de Bujumbura, du 11 au 13 septembre 2019. C'est un message à proclamer dans les églises pendant les messes du Dimanche, le 22 septembre 2019.

Lire la suite...


"Il est désormais interdit d’insérer des prises de parole dans la célébration eucharistique".

La Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a publié des mesures pastorales pour la sauvegarde de la dignité de la célébration de l’Eucharistie. Ces mesures ont été prises lors de l’Assemblée Plénière ordinaire de la CECAB du 7 au 9 mars et chaque Evêque les a proclamées pendant la Messe Chrismale célébrée ce Mercredi Saint dans les Diocèses du Burundi, sauf le Diocèse de Ngozi où cette Messe a été célébrée le Mardi Saint.
Les Evêques rappellent certaines normes de l’Eglise Universelle en matière liturgique, dénoncent des abus liturgiques qui s’observent dans certaines paroisses du Burundi et en profitent pour prendre des mesures pastorales pour proscrire ces abus et rappeler les célébrants à respecter les normes liturgiques dans la célébration de l’Eucharistie.

Parmi les abus dénoncés figurent l’habitude de donner l’autorisation à certains fidèles ou à des personnalités de passage de prendre la parole pendant la messe alors que cela n’est pas prévu par le rituel de la messe.

Les mesures pastorales prises entrent en vigueur à partir du Jeudi Saint, jour de l’Institution de l’Eucharistie.

 

Voici le texte des mesures prises :

 

 

 

 

MESURES PASTORALES
DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI
POUR LA SAUVEGARDE DE LA DIGNITE DE LA CELEBRATION DE L’EUCHARISTIE

 


Préambule


Le Concile Vatican II a proclamé que le Sacrifice eucharistique est « source et sommet de toute la vie chrétienne » (LG 11). Des normes tant liturgiques que canoniques et auxquelles tous sont tenus ont été établies pour préciser la nature de ce sacrement de l’Eucharistie, sa centralité dans la vie de l’Eglise et du chrétien ainsi que la dignité avec laquelle il doit être célébré. Ces normes établies sont de nature à préserver la dignité de ce sacrement et favoriser la participation consciente, active et pieuse des fidèles. Lorsqu’il y a des abus qui s’introduisent dans la célébration de ce sacrement, la même Eglise rappelle la fidélité à ses normes.
C’est pourquoi, face à certains abus liturgiques qui s’observent actuellement au cours des célébrations eucharistiques dans les paroisses des Diocèses du Burundi, la Conférence Episcopale a le devoir de rappeler à tous ses fidèles en général et aux prêtres en particulier certaines normes liturgiques pour la sauvegarde de la dignité de la célébration de l’Eucharistie et prend les mesures particulières qui s’imposent.

 

I. Rappel de certaines normes en matière liturgique

 

1. « Le Sacrement le plus vénérable est la très sainte Eucharistie dans laquelle le Christ Seigneur lui-même est contenu, offert et reçu, et par laquelle l'Eglise vit et croît continuellement. Le Sacrifice eucharistique, mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur, dans lequel le Sacrifice de la croix est perpétué au long des siècles, est le sommet et la source de tout le culte et de toute la vie chrétienne, par lequel est signifiée et réalisée l'unité du peuple de Dieu et s'achève la construction du Corps du Christ. En effet, les autres sacrements et toutes les œuvres d'apostolat de l'Eglise sont étroitement liés à la très sainte Eucharistie et y sont ordonnés » (can. 897).

2. Dans le Diocèse, il est de la compétence de l’Evêque de promouvoir la discipline commune à toute l'Eglise et, par conséquent, d'urger l'observation de toutes les lois ecclésiastiques. Ainsi, « Il veillera à ce que des abus ne se glissent pas dans la discipline ecclésiastique, surtout en ce qui concerne le ministère de la parole, la célébration des sacrements et des sacramentaux, le culte de Dieu et des saints, ainsi que l'administration des biens » (can. 392).


3. Dans la paroisse, c’est le curé qui, sous la responsabilité de l’Evêque diocésain, doit veiller au respect des normes liturgiques dans la célébration des sacrements en général et dans la célébration de l’Eucharistie en particulier : « Le curé veillera à ce que la très Sainte Eucharistie soit le centre de l'assemblée paroissiale des fidèles; il s'efforcera à ce que les fidèles soient conduits et nourris par la pieuse célébration des sacrements et en particulier qu'ils s'approchent fréquemment des sacrements de la très Sainte Eucharistie et de la pénitence; il s'efforcera aussi de les amener à prier, même en famille, et de les faire participer consciemment et activement à la sainte liturgie que lui, curé, sous la responsabilité de l'Evêque diocésain, doit diriger dans sa paroisse, et dans laquelle il doit veiller à ce que ne se glisse aucun abus » (can. 528, § 2).

4. Dans la célébration de l’Eucharistie, les fidèles ne sont pas des spectateurs mais bien des acteurs. « Aussi l'Eglise se soucie-t-elle d'obtenir que les fidèles n'assistent pas à ce mystère de la foi comme des spectateurs étrangers et muets, mais que, le comprenant bien dans ses rites et ses prières, ils participent consciemment, pieusement et activement à l'action sacrée, soient formés par la parole de Dieu, se restaurent à la table du Corps du Seigneur, rendent grâces à Dieu » (Sacrosanctum concilium, n. 48).

5. L’Instruction Redemptionis sacramentum (25 mars 2004), de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, établit que « Pour le bien de la communauté et de toute l’Église de Dieu, il est juste et louable que, parmi les fidèles laïcs, quelques-uns exercent, selon la tradition, certaines fonctions dans le cadre de la célébration de la sainte Liturgie (RS 43).

6. Selon le canon 230 §2, les laïcs peuvent en vertu d'une députation temporaire, exercer la fonction de lecteur dans les actions liturgiques ; de même, tous les laïcs peuvent exercer selon le droit, les fonctions de commentateur, de chantre, ou encore d'autres fonctions.

7. L’Introduction Générale du Missel Romain (IGMR) explicite encore les fonctions que les fidèles laïcs peuvent exercer pendant la célébration liturgique. En plus de l’acolyte et du lecteur institués, il y a le ministre extraordinaire de la communion, le psalmiste, la schola ou la chorale, le chantre ou maître de chœur, le sacristain, le commentateur, ceux qui font les collectes dans l´église, ceux qui, dans certaines régions, accueillent les fidèles aux portes de l´église, les guident aux places qui leur conviennent, et organisent les processions, et le cérémoniaire surtout dans les églises cathédrales et dans d’autres églises importantes (IGMR 101-107).

8. Pour qu’un laïc exerce une fonction parmi celles qui sont précédemment énumérées, il doit y avoir été député ou autorisé par l’autorité compétente. Personne ne s’improvise. Ainsi, « le fidèle laïc, appelé à prêter son concours dans les célébrations liturgiques, doit être dûment préparé, et se recommander par sa vie chrétienne, sa foi, sa conduite morale et sa fidélité envers le Magistère de l’Église. Il convient qu’il ait reçu une formation liturgique adaptée à son âge, sa condition, son genre de vie et son degré de culture religieuse. On ne choisira personne dont la désignation puisse provoquer l’étonnement des fidèles » (RS 46).

 

II. Quelques abus liturgiques à proscrire

 

1. Dans toute célébration liturgique, il y a un rituel prévu et précis que le célébrant et les fidèles doivent tous suivre. Il se fait malheureusement qu’il y a des célébrants qui, tout en étant conscients de leur responsabilité de respecter et de faire respecter les normes liturgiques, ont pris l’habitude de donner l’autorisation à certains fidèles ou à des personnalités de passage de prendre la parole alors que cela n’est pas prévu par le rituel de la messe.

2. Dans certaines paroisses, des prêtres font cela sous prétexte de dons reçus, promis ou attendus, ou à cause des relations personnelles estimées quelque peu obligeantes ; ils cèdent ainsi à la pression morale et violent les normes liturgiques.

3. Il y a également des fidèles laïcs ou d’autres personnalités qui, se fondant sur leur statut social, croient avoir le droit d’intervenir à l’église lorsqu’ils participent à la Messe, comme si la célébration eucharistique pouvait se confondre avec une réunion quelconque ou n’importe quelle autre assemblée de prière. Cela désoriente les fidèles et obscurcit la foi droite et la doctrine catholique concernant le Sacrement de l’Eucharistie.

4. Ce qui est dit ici de l’abus de donner la parole en violation du rituel de la célébration eucharistique vaut aussi pour les célébrations de la Parole en l’absence du prêtre permises au Burundi, dans les succursales ou autres endroits.

 

III. Mesures particulières

 

Mue par la nécessité de faire observer les normes liturgiques et ainsi sauvegarder la dignité de la célébration eucharistique, la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi (CECAB) adopte les mesures suivantes :
1. Chaque prêtre est appelé à respecter fidèlement les normes liturgiques dans la Célébration eucharistique. En effet, « Elles sont une expression concrète du caractère ecclésial authentique de l'Eucharistie ; tel est leur sens le plus profond. La liturgie n'est jamais la propriété privée de quelqu'un, ni du célébrant, ni de la communauté dans laquelle les Mystères sont célébrés. L'Apôtre Paul dut adresser des paroles virulentes à la communauté de Corinthe pour dénoncer les manquements graves à la Célébration eucharistique, manquements qui avaient conduit à des divisions (schísmata) et à la formation de factions (airéseis) (cf. 1 Co 11, 17-34). [...] Le prêtre qui célèbre fidèlement la Messe selon les normes liturgiques et la communauté qui s'y conforme manifestent, de manière silencieuse mais éloquente, leur amour pour l'Église » [Pape S. Jean-Paul II, Lettre Encyclique Ecclesia de Eucharistia (17 avril 2003), n. 52].

2. En vertu des normes liturgiques ci-dessus rappelées, il n’est pas licite à un prêtre célébrant d’accorder la parole à un fidèle laïc ou à toute autre personne en dehors de ce qui est prévu par le rituel pour la célébration eucharistique. Cela vaut aussi pour toute autre personne déléguée à diriger la célébration de la Parole en l’absence du prêtre.

3. De façon générale, il est désormais interdit d’insérer des prises de parole dans la célébration eucharistique. « S’il apparaît nécessaire qu’un laïc transmette des informations ou présente un témoignage de vie chrétienne aux fidèles réunis dans l’église, il est généralement préférable que cela ait lieu en dehors de la Messe. Cependant, pour des raisons graves, il est licite de présenter ce genre d’informations ou de témoignages lorsque le prêtre a fini de prononcer la prière après la Communion. Toutefois, un tel usage ne doit pas devenir une habitude. De plus, ces informations et ces témoignages ne doivent pas revêtir des caractéristiques qui pourraient les faire confondre avec l’homélie […] » (RS 74). A certaines occasions comme les fêtes d’ordination, de professions religieuses, de jubilés, à la conclusion de la prière après la communion, seul l’élu du jour, ou s’ils sont nombreux, leur représentant, prendra la parole pour donner son témoignage ou exprimer son action de grâce.

4. Au cours de la célébration eucharistique, l’unique prise de parole faisant partie intégrante de cette célébration, c’est l’homélie qui ne peut être prononcée que par les ministres ordonnées (cf. can. 767, §2) dans le respect des règles y relatives, notamment celles que nous a rappelées le Pape François (cf. Evangelii gaudium, nn 135-144). Dans ce fait, il est interdit à toute personne non ordonnée de prononcer l’homélie. En outre, les messages des Evêques qui sont destinés aux fidèles pour être proclamés au cours de la célébration eucharistique ou de la Parole, doivent être accueillis et compris dans ce sens, parce qu’ils sont toujours voulus pour nourrir la foi des fidèles et éclairer les réalités concrètes de leur vie. Il est donc obligatoire pour les célébrants ou les ministres de la Parole de les proclamer intégralement aux destinataires.

5. Comme cela lui est requis par le droit canonique (cf. can. 528 § 2), le curé dans toute sa paroisse doit veiller à ce que ces mesures soient strictement respectées pour sauvegarder la dignité de la célébration du Très Saint Sacrement.

6. Ces mesures entrent en vigueur le Jeudi Saint, 18 avril 2019.

Fait à Ngozi, le 09 mars 2019.


(Sé) Les Evêques membres de la CECAB.

 

Télécharger  ces Mesures en Kirundi et en Français

 

 

 

 

INYIGISHO YA PAPA YEREKEYE IKAREMA Y'UMWAKA W'2019


« Erega ibiremwa vyose birarindiranye igishika cinshi igihe Imana izokwerekanira abana bayo » (Abanyaroma 8, 19)

Lire la suite...

 

MESSAGE DU SAINT PERE POUR LE CAREME 2019

« La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu » (Rm 8,19)

Lire la suite...


Politike nziza ni iyubaka amahoro

Lire la suite...

 La bonne politique est au service de la paix

Lire la suite...

 

Animés par notre espérance, aidons nos frères et sœurs à vivre ensemble dans l’unité et dans la paix

Lire la suite...

 

Twishimikije ukwizigira kwacu, nidufashe benewacu kubana mu bumwe no mu mahoro

Lire la suite...

Conférence des Evêques Catholiques du Burundi

visite ad limina

historique

                                                                                                                   affiche2017

Qui est en ligne?

Nous avons 41 invités et aucun membre en ligne